Matri et Robinho
Les joueurs du Milan AC, Alessandro Matri et Robinho | AFP - OLIVIER MORIN

Cinq raisons de suivre Ajax-Milan AC

Publié le , modifié le

Mardi soir débute la deuxième journée de la Ligue des Champions. Outre vers le groupe F, celui de Marseille, les regards seront aussi tournés vers Amsterdam où l’Ajax recevra le Milan AC pour un match chargé d’histoires. La Grande et les petites.

Un duel qui pèse lourd

Une rencontre l’Ajax et le Milan AC, c’est dépoussiérer l’armoire à trophées et raviver les souvenirs. Mardi soir, ce sont 11 titres en C1 qui s’étaleront sur la pelouse de l’Arena, 7 côté italien, 4 côté néerlandais. Un sommet, même si les deux clubs ont perdu de leur superbe puisque le dernier titre du Milan date de 2007 (2-1 contre Liverpool). Chez les Ajacides, il faut remonter au siècle dernier (1995) pour voir l’Ajax triompher en Ligue des Champions. Un but du jeune Patrick Kluivert, 19 ans à l’époque, en prolongations avait permis aux Néerlandais de battre le … Milan AC 1-0. Sur les 12 confrontations entre les deux clubs, le Milan mène 5 victoires à 4 pour 3 matches nuls.

Ajax et Milan, clubs d’échanges

Le Milan et l’Ajax ont derrière eux un passé glorieux, mais par l’intermédiaire de leurs joueurs, ils ont aussi un passé commun. En effet, les deux clubs ont régulièrement échangé des joueurs. Du trio doré Van Basten-Rijkaard-Kluivert qui a fait les grandes heures du Milan AC, les deux premiers ont débuté sous les couleurs de l’Ajax avant de marcher sur l’Europe avec le club italien. La victoire d’Amsterdam contre Milan en 95 a ouvert la porte à une seconde vague d’exode vers l’Italie. Patrick Kluivert, Edgar Davids, Michael Reiziger ou encore Winston Bogarde ont atterri en Italie sans connaître le succès de leurs glorieux prédécesseurs. Arrivé beaucoup plus tard que ces anciens partenaires, Clarence Seedorf va passer 10 ans en Italie (2002-2012), le temps d’ajouter deux Ligues des Champions à sa collection. Ces dernières années Urby Emmanuelson a fait perdurer la ligne Milan-Amsterdam. Trois joueurs ont fait le chemin inverse : Frank Rijkaard donc, mais aussi Jaap Stam et l’Espagnol Bojan, prêté cette année aux Pays-Bas, après avoir évolué la saison dernière au Milan AC.

Parce que l’Ajax a retrouvé le haut de l’affiche

Sous les ordres de Frank de Boer, l’Ajax a retrouvé des couleurs. Pas sur la scène européenne mais sur celle nationale puisqu’il a remis la main sur un trophée qui lui échappait depuis 2004. Triple championne d’Eredevisie en titre, le club d’Amsterdam va tenter la passe de 4. En Ligue des Champions, en revanche, c’est plus compliqué puisque depuis la saison 2005-2006, le club n’a plus franchi la phase de poules de C1. Cette saison, la tâche va encore être compliquée puisqu’avec le Barca, le Milan et Glasgow, c’est une poule chargée d’histoires qui a été donnée à l’Ajax. La fessée reçue au Camp Nou (4-0) lors de la première journée ne laisse d’ailleurs pas beaucoup le choix aux Néerlandais qui doivent l’emporter s’ils veulent éviter un quatrième reversement en Europa League après 2011, 2012 et 2013.

Revoir Bojan

L'attaquant de l'Ajax Amsterdam, Bojan
L'attaquant de l'Ajax Amsterdam, Bojan

L’Espagnol qui avait éclos du côté de Barcelone s’est un peu perdu en route. Celui qui est devenu à 17 ans et 53 jours le plus jeune buteur de l’histoire de la Liga en marquant contre Villareal était prédit à un grand avenir. Sa réputation d’ogre des surfaces chez les jeunes du Barca l’avait précédé (889 buts en 7 ans au sein de la Cantera). Pourtant en 4 années passées chez les pro, il n’a jamais su s’imposer. Beaucoup utilisé sous Rijkaard, il n’a jamais réellement convaincu Pep Guardiola qui ne lui a offert que des miettes. Depuis son départ de Catalogne à l’été 2011, il enchaîne les prêts sans jamais se fixer. La Roma, le Milan et aujourd’hui l’Ajax. S’il a participé à toutes les rencontres de championnat cette saison, il n’a pas encore débloqué son compteur but. Sa première ce mardi contre ses anciens coéquipiers ?

Parce que Mario Balotelli

L'attaquant du Milan AC, Mario Balotelli
L'attaquant du Milan AC, Mario Balotelli

Il se passe toujours quelque chose avec Mario Balotelli. Contre Naples, il rate pour la première fois de sa carrière un penalty après 21 réussites. Et il se fait expulser avant la fin de la rencontre pour avoir lancer quelques amabilités à l’arbitre. Résultat ? Trois matches de suspension et des remontrances de tous les étages du Milan. De son entraîneur Massilimiano Allegri ("Mario a 23 ans, ce n’est plus un gamin, il est potentiellement un champion, mais pour le devenir il faut aussi avoir le bon comportement"), à son coéquipier Stephan El Shaarawy ("Il a fait une erreur. C’est un aspect de son caractère qu’il doit améliorer car son attitude nous pénalise"). Sans lui, le Milan reste sur un nul à Bologne (3-3) et une victoire contre la Sampdoria (1-0). La parenthèse européenne doit permettre à Super Mario de se faire pardonner. Et aussi de confirmer qu’avec lui, il se passe toujours quelque chose.

Vidéo: les joueurs de l'Ajax se préparent à recevoir Milan