Sergio Ramos Lionel Messi Real Madrid Barcelone
Sergio Ramos (Real Madrid) tente de contrer Lionel Messi (Barcelone) | JAVIER SORIANO / AFP

Chocs hispano-allemands ou clasico Barça-Real?

Publié le , modifié le

Deux affiches germano-espagnoles, ou bien des grands classiques entre le FC Barcelone et le Real Madrid d'une part, et le Bayern Munich et Dortmund de l'autre: voilà ce que le tirage au sort des demi-finales de la Ligue des champions doit trancher ce vendredi. Le tirage au sort des demi-finales (aller: 23 et 24 avril, retour: 30 avril et 1er mai) est intégral, c'est-à-dire sans tête de série ni impossibilité pour deux clubs d'une même fédération de se rencontrer.

Après le dernier carré de l'Europa League, se dessinera celui de la C1 à  partir 10h18 GMT au siège de l'UEFA à Nyon (Suisse), en présence des anciens  joueurs néerlandais Patrick Kluivert et Ruud van Nistelrooy. Il sera également déterminé lequel des deux vainqueurs des demi-finales  sera considéré comme l'équipe qui reçoit lors de la finale, prévue le samedi 25  mai au stade londonien de Wembley. C'est la première fois dans l'histoire de la Ligue des champions que son  dernier carré présente deux clubs d'une même fédération et deux d'une autre, si  bien qu'il pourrait se produire deux oppositions nationales.

Alors forcément, un éventuel choc Barça-Real trotte dans toutes les têtes.  Les deux grands rivaux s'étaient déjà affrontés à ce stade en 2011, et c'est la  bande à Messi qui s'était imposée (2-0, 1-1) au cours de la fameuse séquence du  "multi-clasico". Mais depuis, Jose Mourinho a semblé trouver la parade: sur les sept  dernières confrontations toutes compétitions confondues, le Real l'a emporté  quatre fois, contre deux nuls et un seul succès catalan. Les deux géants espagnols misent tout sur la C1, le suspense s'étant  désagrégé en championnat où les Blaugrana se dirigent vers le titre, forts de  leurs 13 points d'avance sur les Madrilènes (qui ont néanmoins encore la Coupe  du Roi comme perspective).

Dortmund dans la cour des grands

En quarts, ils ont peiné: les premiers ne sont passés qu'au bénéfice des  buts marqués à l'extérieur face au Paris SG qui les a bousculés (2-2, 1-1),  tandis que les seconds se sont inclinés au match retour en Turquie (3-2) après  avoir dominé Galatasaray à l'aller (3-0). Le Barça a néanmoins décroché sa sixième qualification d'affilée pour les  demi-finales, un record, et le Real s'y est invité pour la troisième fois de  suite et vise toujours sa "decima" (10e C1).

Les deux clubs allemands en lice rappellent au Real de mauvais souvenirs:  le Bayern l'avait sorti en demi-finales la saison dernière aux tirs au but, et  Dortmund l'avait dominé lors de l'actuel exercice en phase de poules (2-1, 2-2)  pour s'emparer de la première place du groupe. Parallèlement au clasico espagnol, une opposition Bayern-Dortmund ne  manquerait pas non plus d'éclat, entre les deux équipes qui dominent le  championnat d'Allemagne depuis quatre ans. Une compétition qui ne les concerne  plus vraiment, puisque le Bayern a scellé son titre samedi dernier à six  journées de la fin. De quoi se concentrer sur la C1.

Le Bayern, seule formation encore en lice pour le triplé, et qui a sorti la  Juventus sans coup férir en quarts (2-0, 2-0), dispute au Barça son statut de  favori de l'épreuve, dont il a atteint la finale deux fois en trois ans (2010  et 2012). Les Munichois seront cependant privés de leur buteur Mandzukic au  match aller, suspendu. Dortmund, de son côté, a bien grandi. Après avoir échoué à voir les 8e de  finale la saison dernière, le Borussia a retrouvé le dernier carré pour la  première fois depuis 1998, dans le panache d'une qualification arrachée à  Malaga dans les derniers instants d'un match retour renversant (0-0, 3-2).  Portée par les jeunes Götze et Reus et son buteur Lewandowski, c'est aussi la  seule équipe encore invaincue.

AFP