Zlatan Ibrahimovic PSG
Le joueur du PSG Zlatan Ibrahimovic | DPPI - BEN QUEENBOROUGH

Chelsea-PSG : De Stamford Bridge à Stamford Bridge, retour sur l'année de Zlatan Ibrahimovic

Publié le , modifié le

Zlatan Ibrahimovic va retrouver la pelouse de Stamford Bridge un an après son expulsion en 8e de finale retour de Ligue des Champions. Pour Ibra, ce remake sonne comme une revanche. Retour sur une année où son image aura été écornée mais son statut d’arme numéro 1 du PSG est sorti renforcé.

11 mars 2015 : le match retour

On joue la 31e minute quand Ibrahimovic tacle plus maladroitement que méchamment Oscar. Les deux joueurs sont à la lutte pour un ballon qui traîne devant la surface de Chelsea. Monsieur Kuipers, l’arbitre de la rencontre, n’hésite pas et dégaine le carton rouge. Sans sa star, Paris va tout de même réaliser l’exploit de se qualifier en obtenant le match nul 2-2. David Luiz et Thiago Silva sont les héros de la soirée, Pastore et Verratti, les inspirateurs du jeu parisien. Ibra, lui, continue d’alimenter sa malédiction des matches à enjeu en C1. Il balance quand même une punchline : "Le pire, c’est quand j’ai vu tous les joueurs de Chelsea débouler lorsque j’ai reçu mon carton. J’ai eu l’impression d’avoir onze bébés autour de moi". Victoire par K.O.

15 mars 2015 : Le dérapage de Chaban-Delmas

Quatre jours après l’exploit, le PSG tombe à Bordeaux (3-2). Le PSG avait sans doute encore la tête dans les vapeurs de l’euphorie et Ibrahimovic pète un cable. Le Suédois s’emporte dans les travées du stade : "Réveillez-vous ! On ne joue pas en amateurs ! Je n'ai jamais vu ça dans ma carrière. Je joue au foot depuis 15 ans, je n'ai jamais vu un arbitre aussi nul dans ce pays de merde. Ce pays ne mérite même pas le PSG". Tollé général, les politiques s’en mêlent… Le Suédois sera tancé par Nasser Al-Khelaïfi et présentera ses excuses tout en récoltant au passage une suspension de quatre matches.

Lire aussi : Zlatan, "ce pays ne mérite pas le PSG"

8 avril 2015 : la barre des 100

Le PSG affronte Saint-Etienne en demi-finale de Coupe de France. Face à l’une de ses victimes préférées, Stéphane Ruffier, Zlatan s’offre un triplé et dépasse la barre symbolique des 100 buts (102) avec le PSG. Evidemment, le PSG se qualifie pour la finale.

30 mai 2015 : le quadruplé inédit

En s’imposant 1-0 (but de Cavani) face à Auxerre en finale de la Coupe de France, le PSG s’offre un retentissant quadruplé (Trophée des champions, championnat, coupe de France, coupe de la ligue). Zlatan remporte son huitième trophée avec le club parisien.

16 juin 2015 : la visite à Doha

La saison a été belle du côté de Paris. C’est l’été, les vacances, la plage pour tout le monde. Sauf pour Zlatan qui après un match avec la Suède s’envole pour Doha afin d’y rencontrer son président, Nasser Al-Khelaïfi. A l’ordre du jour, sa renégociation de contrat. En 2013, lorsqu’il a prolongé, une clause prévoyait une baisse de 20% de son salaire lors de la saison 2015-2016. Une clause qui devait le gêner un peu. Accompagné de son agent, Mino Raiola, il a fait le déplacement pour la faire annuler. On parlait quand même d’une perte de 350000 euros sur un an…


19 septembre 2015 : le match poussif contre Reims

Un été en pente douce. Zlatan Ibrahimovic, entre sa blessure au genou lors du Trophée des champions et celle à l'abdomen avec la Suède, a du mal à retrouver ses sensations. Contre Reims (1-1), lors de la sixième journée, il traverse le match comme un fantôme et ne marque toujours pas. Les premières critiques tombent. "Le "Z" est trop vieux", "c'est un poids pour le PSG"... Il manque tout simplement de rythme et voit bien qu'il y a un problème. "J’aurais dû marquer ce soir. Quelque chose ne va pas, il va falloir changer ça!", assure-t-il dans L'Equipe. Laurent Blanc, lui, ne s'inquiète pas. "Elles sont normales les difficultés d'Ibrahimovic", estime l'entraîneur. C'est un garçon avec un gabarit pas typique et qui a besoin d'enchaîner des matches, il le dit lui-même et a raison de le dire et de le penser. Zlatan n'est pas à 100 % et quand il le sera vous le verrez, ne vous inquiétez pas", conclut Blanc. La suite lui donnera raison.

4 octobre 2015 : Ibra un peu plus dans l’histoire du PSG

Zlatan Ibrahimovic a bien choisi son match pour dépasser Pedro Miguel Pauleta et devenir le meilleur buteur de l’histoire du PSG. Face à l’OM lors de la 9e journée, Ibra offre la victoire aux siens d’un doublé sur penalty. Ses 109 et 110e buts alors sous le maillot parisien. Ce dimanche soir, il devient aussi le meilleur buteur de l’histoire des "Classico" (8 buts). Il en marquera un 9e lors du retour entre les deux équipes en février dernier lors de la 25e journée.

Zlatan Ibrahimovic est devenu contre l'OM le meilleur buteur de l'histoire du PSG
Zlatan Ibrahimovic est devenu contre l'OM le meilleur buteur de l'histoire du PSG

9 décembre 2015 : Après Pauleta, Weah

Deux mois après avoir supplanté Pauleta, Ibra s’amuse une nouvelle fois avec l’histoire du PSG en détrônant "Mister George" et ses 16 buts en Ligue des champions. En marquant contre le Chakthior Donestk en toute fin de rencontre, Zlatan assure la victoire au PSG et inscrit son 17e but en C1 sous les couleurs parisiennes.


12 janvier 2016 : Le cas Cavani

L’entente entre Edinson Cavani et Zlatan Ibrahimovic n’a jamais été patente. Sur le terrain, les deux hommes cohabitaient mais très souvent la lumière était plus braquée sur le Suédois. Au PSG, il est la star. Et quand d’autres n’en font qu’à leur tête, Zlatan intervient. Ainsi lors du stage hivernal à Doha lors de la trêve, Ibra et d’autres cadres (Motta, Silva, Matuidi) pointent du doigt le comportement de l’Uruguayen parti deux jours plus tôt que les autres en vacances. Une réunion qui aboutira aux remontrances de Laurent Blanc envers Cavani juste avant la reprise de la L1 contre Bastia. Après le match, Ibra déclare en zone mixte "selon moi tout le monde a compris (les règles, ndlr)". A bon entendeur…

14 février : Aurier dérape sur Périscope

La Saint-Valentin, la fête de l’amour, ses bouquets et la sortie incontrôlable de Serge Aurier. A deux jours du 8e de finale aller contre Chelsea, Serge Aurier dégoupille sur Périscope et taille Laurent Blanc, son entraîneur, et ses partenaires dont Ibra. "Quand tu regardes ma gueule, tu penses qu'il peut me mettre la pression, lui ?", lance Aurier. Le Suédois n’a pas commenté mais a demandé la traduction à ses coéquipiers. Il n’a pas dû apprécier.

Lire aussi : les conséquences de l'affaire Serge Aurier

16 février 2016 : Enfin un but qui compte

Ibra et l’Europe, ça a toujours été compliqué. Un exemple : il débarque en provenance de l’Inter chez un Barca champion d’Europe en 2009. Avec Messi & co, le Suédois doit régaler. Les Catalans s’arrêtent en demie face à… l’Inter de Mourinho qui deviendra championne d’Europe un mois plus tard. En conflit avec Guardiola, il quitte la Catalogne pour le Milan l’été suivant et dix mois plus tard, le Barca retrouve le toit de l’Europe. Et puis, il y a ce mutisme dont il se drape une fois que la route s’élève en C1. Donc quand Ibra ouvre le score contre Chelsea à l’aller sur coup-franc, c’est l’explosion. Le début d’une revanche…

Lire aussi : le PSG vient à bout de Chelsea

9 mars 2016 : …

Le PSG joue sa survie sur la scène européenne à Stamford Bridge. Zlatan aura à cœur de se racheter après sa courte apparition l’an dernier. Ca sera aussi une nouvelle occasion de faire mentir cette statistique (8 buts en 37 matches à élimination directe) qu’on lui rabâche dès que les bourgeons refleurissent au printemps, cette époque où se jouent les matches à enjeux sur la scène européenne. Surtout qu'en un an, Ibra a prouvé qu'on pouvait toujours compter sur celui qui est l'arme numéro 1 du PSG encore cette saison (37 apparitions, 30 buts, 14 passes décisives).

Benoit Jourdain @BenJourd1