John Terry Raul Garcia Chelsea Atletico Madrid
John Terry (Chelsea) s'interpose devant Raul Garcia (Atletico Madrid) | DANI POZO / AFP

Chelsea fait barrage à l'Atletico

Publié le , modifié le

Chelsea a contraint l'Atletico Madrid au match nul lors de la demi-finale aller de la Ligue des Champions (0-0) après une rencontre particulièrement fermée. En dépit des blessures de Cech puis de Terry, les Blues ont tenu bon et sont désormais en position favorable pour se qualifier en finale.

Revivez le film du match 

Le plan de Jose Mourinho a fonctionné. Une fois de plus. Le coach portugais avait décidé de placer "un autocar" devant son but et aucun Madrilène n'a trouvé la clé pour le bouger. Bien défendre est une chose mais Chelsea devra toutefois montrer un visage plus offensif dans une semaine à Stamford Bridge car rien n'est joué entre deux formations aux caractéristiques finalement assez similaires. 

Sans Eden Hazard, touché à un mollet contre le PSG et insuffisamment remis, Chelsea avançait prudemment dans l'antre bouillante du Vicente Calderon. Fidèle à sa réputation, Jose Mourinho avait aligné une équipe à vocation extrêmement défensive où le seul Fernando Torres évoluait en pointe. Pour l'attaquant espagnol, il s'agissait aussi d'un véritable retour aux sources dans le club qui l'avait révélé au monde et le public de l'Atletico, pas amnésique, l'accueillait par une magnifique ovation. De manière générale, l'ambiance était à la hauteur de l’événement mais, hélas, on ne pouvait pas en dire autant de la rencontre.

Terry-Diego Costa, choc de poids lourds

D'entrée, il apparaissait évident que Chelsea était venu pour chercher le nul, voire plus avec un peu de réussite. A l'image du face à face entre John Terry et Diego Costa, digne des plus grandes affiches de boxe, les duels étaient électriques mais le match peinait à décoller. Après une période de domination territoriale mais sans danger pour les Londoniens, l'Atletico allait bénéficier d'un coup du sort avec la sortie sur blessure de Petr Cech. Sur un corner, le gardien de Chelsea était percuté par Raul Garcia, lui-même poussé par David Luiz (15e). Touché au coude après une mauvaise réception, le Tchèque devait céder sa place au vétéran Schwarzer, 41 ans !

Un coup dur pour Chelsea mais il en fallait plus pour perturber la formation de Mourinho. Intraitable dans les duels où la paire Cahill-Terry stoppait toute incursion madrilène, la défense tenait bon alors que le milieu se chargeait d'impulser un faux-rythme fatal aux colchoneros. Suarez, d'une frappe qui rasait le montant gauche (34e), tentait bien de réveiller les siens mais la bonne volonté de l'Atletico se heurtait invariablement à l'expérience des Blues.

Si le spectateur objectif espérait un peu plus de panache lors de la seconde période, ses espoirs étaient vite douchés. L'envie des "Matelassiers", qui disputaient leur première demi-finale à ce niveau depuis 40 ans, n'était absolument pas à remettre en cause mais l'organisation de Chelsea était tout simplement trop imperméable. Une frappe de Diego, à laquelle répondait Torres quelques minutes plus tard de façon tout aussi molle, n'avaient d'occasions que le nom...

David Luiz, coéquipier pas vraiment modèle

Les Madrilènes bénéficiaient pourtant de la complicité involontaire de David Luiz. Déjà impliqué dans la blessure de Cech, le Brésilien marchait cette fois sur le pied de John Terry ! Blessé, le défenseur anglais devait à son tour quitter la pelouse (71e), laissant David Luiz avec ses scrupules et ses coéquipiers dans la tourmente. Car, et ce n'était certainement pas un hasard, la sortie du capitaine des Blues coïncidait avec une domination accrue des hommes de Simeone. Mais, ni Gabi sur coup-franc (76e), ni Turan ou Diego Costa de la tête (79e et 90e), ne parvenaient à fracturer le coffre-fort londonien. Pour la qualification, tout reste à faire. Pour le spectacle aussi... 

Julien Lamotte