André Schürrle, Chlesea, PSG
L'allemand André Schürrle | GLYN KIRK / AFP

Chelsea, des seconds couteaux tranchants

Publié le , modifié le

Remplaçants au coup d'envoi, les attaquants des Blues André Schürrle et Demba Ba ont marqué à Stamford Bridge pour offrir à Chelsea une demi-finale de Ligue des champions aux dépens du PSG (2-0). En choisissant le Sénégalais, peu utilisé cette saison, José Mourinho a eu du flair.

Chelsea manque d'efficacité offensive, Chelsea manque de profondeur de banc avec les non-qualifications de Matic et Salah. Ce soir, Chelsea s'est pourtant qualifié grâce à deux buts de ses attaquants remplaçants André Schürrle et Demba Ba. Un duo cumulant 14 titularisations en Premier League. Avant ce quart de finale retour, l'un n'avait pas marqué en Ligue des champions quand l'autre avait scoré deux fois en phase de poule cette saison. Au relais d'Eden Hazard et d'Oscar, habituels moteurs des Blues, les deux hommes ont parfaitement joué les pistons de secours. Entré dès la 18e minute de jeu à la place du Belge, blessé, l'ancien joueur du Bayer Leverkusen s'est mis en évidence en moins d'un quart d'heure. Sur une longue touche d'Ivanovic, David Luiz dévie le ballon de la tête. Au point de pénalty, l'Allemand reprend d'un plat du pied droit imparable (1-0, 32e).

La barre pour Schürrle

Permutant avec Oscar et Willian, le jeune ailier de 23 ans n'a cessé de prendre les couloirs comme à la 78e minute lorsqu'il provoquait un coup franc pour permettre à son équipe de sortir. Il s'est également évertué à gêner les relances parisiennes, à l'image de cette prise en sandwich avec un David Luiz gargantuesque sur Cavani (85e). Nul doute que Mourinho, adepte des joueurs disciplinés mais créatifs a dû apprécier. D'autant qu'avant le happy end londonien final, Schürrle avait manqué de peu le but du KO. A la 52e minute, l'international allemand reprend d'une frappe puissante enroulée une passe de Willian. La transversale de Sirigu tremble. Dans la foulée, Lucas fait une faute sur Eto'o aux 25 mètres. Oscar touche encore du bois. 

Demba Ba pèse de tout son poids

Peu après l'heure de jeu, José Mourinho choisit de jouer l'offensive. Afin de récupérer les longs ballons de ses défenseurs centraux ou de ses milieux, Mourinho opte pour le massif Demba Ba plutôt que pour le frêle Fernando Torres. Choix gagnant. L'ancien buteur prolifique sous les couleurs de Newcastle prend le contrôle des airs. A la 68e minute, les deux futurs héros se connectent. La déviation de la tête du Sénégalais permet à l'Allemand de frapper. Mais Maxwell contre. Six minutes plus tard, Ba est trop court sur un centre d'Oscar. Sa grande carcasse gêne considérablement l'arrière-garde parisienne. Trois minutes avant la fin du temps règlementaire, le PSG en fait les frais. Une frappe déviée d'Azpilicueta échoue dans les 6 mètres. Maxwell est à la lutte avec l'attaquant africain. Cette fois, le Brésilien doit s'incliner. Stamford Bridge explose, Paris implose. Au micro de Canal+, Demba Ba a expliqué que le technicien portugais n'a cessé de lui dire toute la soirée que c'était son match. Une nouvelle leçon de "Maître Mourinho." "On est content pour Ba, c'est un bon type, un bon pro. Je pense que le fait de l'avoir fait entrer avant Torres était  important, a confié le "Mou". Il s'est dit qu'il n'avait pas l'étiquette du 3e attaquant. C'est un  but important pour lui et pour le club." Sortis du placard, Schürrle et Ba ont mis le nez à la fenêtre. Deux bannis en quête de réhabilitation. 

Jerome Carrere