PSG - Bayer Leverkusen
Yohan Cabaye passé par le joueur du Bayer, Can | AFP - FRANCK FIFE

Cabaye, le milieu abandonné

Publié le , modifié le

En procédant à 7 changements par rapport à son équipe habituelle, Laurent Blanc savait que ses joueurs manqueraient d'automatismes contre Leverkusen. En modifiant son milieu de terrain en totalité, il l'a fragilisé. Et Yohan Cabaye, censé remplacer Thiago Motta et solidifier l'ensemble, a longtemps erré sur le terrain. La deuxième période a été bien meilleure pour lui comme pour toute l'équipe.

De l'espace à gauche, de l'espace à droite, de l'espace devant et derrière. Yohan Cabaye a bien vu les trous béants dans le milieu de terrain du PSG, mais il n'est pas un surhomme. Et les combler était mission impossible. Placé en position de sentinelle, devant la défense dans le rôle traditionnellement dévolu à Thiago Motta, avec Rabiot et Pastore pour faire "oublier" Matuidi et Verratti, l'international français a souffert. Comme toute l'équipe du PSG, loin de briller autant que lors du match aller en Allemagne.

Le début de la rencontre a tout de suite montré les carences parisiennes dans son équilibre général. Le trio, appelé à casser les offensives adverses, n'était pas assez compact, Rabiot et Pastore n'étant pas assez présents défensivement. Du coup, l'ancien joueur de Newcastle était souvent sur les côtés pour compenser, libérant les espaces dans l'axe. A cela s'ajoutait un désintérêt d'Ibrahimovic pour le repli afin de ralentir les remontées de balle. Et enfin, il y avait un bon début de match des Allemands. Très offensif et agressif, la formation du Bayer mettait une grosse pression sur le porteur de ballon, et se projetait rapidement devant. A la 3e minute, Cabaye se faisait passer trop facilement en milieu de terrain, ce qui aboutissait à un tir de Can, dévié en corner par Sirigu. L'avertissement ne servait à rien. Cabaye, à 45m de son but légèrement sur le côté droit, était encore passé avec facilité par Rolfes, qui décalait sur le côté droit pour un centre de Donati sur la tête de Sam, qui ouvrait le score (6e). 

142 ballons touchés, Cabaye le plus sollicité

Si le PSG a réagi rapidement avec l'égalisation de Marquinhos (12e), les problèmes du milieu ont perduré. Pour Yohan Cabaye, il y a eu beaucoup de courses dans le vide, d'hésitations. Mais c'est lui qui a tiré à merveille le corner pour le déposer sur la tête du Brésilien. Sa première longue ouverture s'est révélée trop longue pour Jallet à la 11e minute. Et à la 27e, il était encore une fois franchi aisément, et la passe dans le dos de la défense pour Derdiyok aboutissait au penalty, arrêté par Sirigu (27e).

Heureusement, peu à peu, Paris disposait un peu plus du ballon, et les assauts du Bayer se faisaient moins tranchants. Mais Sirigu avait bien du travail. Lors de la 2e période, Cabaye était à l'origine du deuxième but de son équipe. A la récupération du ballon à 30m du but adverse, il transmettait à Digne qui centrait pour le but de Lavezzi (53e). Davantage cantonné dans l'axe du terrain, l'ancien Lillois a mieux géré son match, mieux géré le jeu du milieu. Avec 142 ballons touchés lors de cette rencontre, Yohan Cabaye a été le joueur le plus sollicité. Cela prouve bien que son aisance technique et son sens du jeu ont été recherchés par ses coéquipiers. Mais tous les changements de Laurent Blanc n'ont pas aidé le collectif à trouver une bonne stabilité. Milieu relayeur ou sentinelle, il peut tout faire. Mais Thiago Motta demeure actuellement LA référence au poste devant la défense.