Borussia Dortmund, bus, Ligue des champions
La police allemande sur les lieux de l'attaque qui visait le bus du Borussia | DPA - MARCEL KUSCH

Borussia Dortmund-AS Monaco : La piste islamiste examinée par la police allemande

Publié le , modifié le

L'attaque à l'engin explosif, qui visait le bus du Borussia Dortmund alors qu'il se rendait au stade pour affronter l'AS Monaco en quarts de finale de Ligue des champions, pourrait être d'origine islamiste d'après la police. Cette piste était explorée par les autorités selon les médias allemands.

Les premiers éléments de l'enquête pour "tentative d'homicide" ouverte mardi soir commencent à tomber. Si hier, les autorités allemandes ne voulaient privilégier aucune piste sur l'attaque qui a visé le bus du Borussia Dortmund, car il n'y avait aucun élément qui étayait l'acte terroriste, ce mercredi matin, les possibilités d'une attaque islamiste ont pris de l'ampleur après la découverte d'une lettre de revendication évoquant le groupe Etat islamique, selon plusieurs médias allemands.

"Désormais, tous les acteurs, chanteurs, sportifs et autres mécréants de premier plan en Allemagne et dans les autres pays croisés figurent sur la liste de mort de l'Etat islamique", affirme ce courrier cité par l'agence DPA. Retrouvée sur les lieux, cette lettre écrite "au nom d'Allah, le clément, le miséricordieux", évoque la participation de l'Allemagne à la coalition contre l'EI ainsi que l'attentat sur un marché de Noël de Berlin qui avait fait 12 victimes le 19 décembre dernier.

"Douze mécréants ont été tués par notre frère béni", le Tunisien Anis Amri, "mais visiblement, toi Merkel, tu ne te préoccupes pas de tes petits sujets crasseux. Tes Tornados survolent toujours le califat pour tuer des musulmans", poursuit la missive en s'adressant à la chancelière allemande. Le courrier réclame "le retrait de Syrie" des avions de combat Tornado et la fermeture de la base militaire américaine de Ramstein, en Allemagne, qui sert notamment au programme de drones militaires envoyés en Syrie. 

Lire aussi : les réactions après les explosions

Fausse piste?

Le parquet fédéral, qui est compétent en matière de terrorisme, a lui annoncé mercredi matin avoir pris en main l'enquête sans pour autant indiquer quelle piste il privilégiait. Une conférence de presse est prévue vers 14h00 (12H00 GMT) à son siège à Karlsruhe (ouest). Selon la Süddeutsche Zeitung, les enquêteurs restent très prudents quant à cette piste islamiste. "Il est possible que ceux qui ont commis l'acte ont voulu créer une fausse piste", écrit le journal. L'agence DPA évoque d'ailleurs une autre revendication circulant sur l'internet et attribuant l'action à la mouvance anti-fasciste. La police a précisé que les charges "pourraient avoir été dissimulées dans une haie" et actionnés au passage du bus. Selon le quotidien Bild, les enquêteurs pensent avoir affaire à des bombes artisanales confectionnées avec des sections de tuyaux.

Lire aussi : un match reporté trop tôt?

Menace

L'attaque, qui a blessé Marc Bartra et un policier, a alourdit l'atmosphère de ces quarts de finale de C1. Ce Borussia-Monaco, qui annoncçait un festival offensif, a été reprogrammé ce mercredi à 18h45, sans certitude toutefois. Mercredi, les mesures de sécurité devaient être encore renforcées en ville et aux abords du stade, bien que le niveau de vigilance soit déjà très élevé depuis les attentats de 2016 dans le pays, notamment celui du marché de Noël au camion-bélier en décembre à Berlin (12 morts, 48 blessés). Deux autres rencontres européennes sont prévues ce soir : Atletico Madrid-Leicester et Bayern Munich-Real Madrid. Dans la capitale bavaroise aussi, la sécurité a été considérablement renforcée. Selon Bild, une trentaine de policiers en gilets pare-balles ont été positionnés autour de l'hôtel des joueurs madrilènes. Les bus des deux équipes ont été garés en lieu sûr.

VIDÉO. Ce que l’on sait de l’attaque contre le bus de Dortmund