Laurent Blanc
L'entraîneur du PSG, Laurent Blanc. | Photo Ben Queenborough / BPI / DPPI

Blanc: "J'espère qu'on ne le regrettera pas au tirage au sort"

Publié le , modifié le

"J'espère qu'on ne regrettera pas au tirage au sort" des 8e de finale de la Ligue des champions de ne pas être tête de série, a déclaré lundi Laurent Blanc, alors que le Paris SG reçoit le Shakhtar Donetsk dans un match sans enjeu mardi. Pour rappel, le PSG est deuxième du groupe A, derrière le Real Madrid face auquel le club parisien a obtenu une défaite et un match nul.

Quel enjeu pouvez-vous trouver à ce match ?

Laurent Blanc : "On ne peut pas galvauder un match de Ligue des champions. Devant notre  public, on se doit donc de gagner ce match pour bien finir cette phase (de  poules). Après, on a des joueurs qui ne seront peut-être pas aptes, d'où la  nécessité alors de faire tourner. Les organismes commencent à être fatigués et  il était mieux d'être qualifié avant ce dernier match."

Compte tenu des circonstances, Salvatore Sirigu peut-il espérer être  titularisé aux dépens de Kevin Trapp dans les buts ?

L. B. : "C'est une bonne question. Vous aurez la réponse mardi."

Avez-vous encore des regrets après la défaite à Madrid (1-0) il y a un  mois ?

L. B. : "Même si le but encaissé est frustrant, vu le match que l'on a fait, le  problème, c'est de ne pas avoir marqué. Le désavantage de ce match est là. On a  pris un but, après une erreur de Trapp, mais si on avait marqué, on aurait fait  1-1 et cela aurait suffi pour finir premier. J'espère maintenant qu'on ne le  regrettera pas au tirage au sort (des 8e de finale, le 14 décembre).

Cette défaite, c'est l'histoire d'un match ou c'est plus profond ?

L. B. : "C'est l'histoire d'un match. On a eu des occasions de but. On a des  joueurs qui marquent des buts dans notre équipe pourtant. Et ce jour-là, tout  était réuni pour qu'ils y parviennent... Ne pas avoir réussi un résultat  positif est un regret énorme. Il faudra s'en servir pour l'occasion suivante,  si elle se représente."

Pensez-vous cependant être mieux armé pour la suite de la compétition ?

L. B. : "C'est la grande question. On bénéficie de l'expérience des dernières  saisons en Ligue des champions, c'est une évidence. Le recrutement de ces deux  dernières années n'est pas très important en quantité, mais très ciblé, sur des  joueurs (David Luiz, Angel Di Maria) qui ont déjà gagné la C1. Après il y a la  culture de la victoire (finale) dans cette compétition que nous n'avons pas  encore. Mais cet écart se réduit."

Les résultats aidant, on imagine que le plaisir grandit à entraîner un  groupe comme le vôtre...

L. B. : "En fait, le résumé de la semaine se passe lors des matches. Rien ne  vaut la compétition. Les joueurs aiment plus jouer que s'entraîner, mais il  faut faire en sorte de bien s'entraîner aussi. Le jour du match, il faut faire  des choix, parfois forts, qui envoient des joueurs en tribunes, alors qu'ils ne  le méritent pas forcément. Rien ne vaut l'adrénaline que procure un match.  Quand on fait des séries comme la nôtre, il y a des satisfactions. Je suis fier  de l'équipe bien sûr, mais aussi très fier de mon staff. Il faut profiter de  ces moments-là et faire en sorte que ça se poursuive."

AFP