arsene wenger arsenal
Arsène Wenger, l'entraîneur français d'Arsenal. | AFP

Barcelone-Arsenal : les Gunners du rêve au chaos

Publié le , modifié le

Barcelone accueille Arsenal pour le huitième de finale retour de la Ligue des Champions. Les Barcelonais se sont imposés 2-0 lors du match aller à Londres. La mission est difficile pour Arsenal, qui voit progressivement sa saison partir en lambeaux.

Au moment du tirage au sort, les supporters d’Arsenal se doutaient déjà que la rencontre face au FC Barcelone, champion d’Europe en titre, allait être compliquée. Ces rencontres-là sont toujours compliquées. A ce moment-là, Arsenal est au top au niveau national. Deuxièmes du championnat au coude-à-coude avec Leicester, les Gunners sont également encore en course en Coupe d’Angleterre. De quoi aborder ce match libéré, un « Pourquoi pas ? » dans le coin de la tête. Le huitième de finale aller arrive, Arsenal tient bon une partie du match avant de céder face à l’armada barcelonaise et un doublé de Lionel Messi (2-0, 71’ et 83’). La logique est respectée, Arsenal a loupé le coche et peut se concentrer sur l’Angleterre.

La débandade des Gunners

Sauf que depuis, Arsenal a lâché du lest dans les compétitions nationales. Les joueurs d’Arsène Wenger, avec un match de retard, pointent à onze points du leader Leicester et, ultime affront, à six longueurs du rival Tottenham. Alors que les difficultés des deux Manchester et de Chelsea semblaient avoir ouvert une voie royale pour un retour au sommet de la Premier League, Arsenal n’a pas saisi l’occasion. Sur l’année 2016, Arsenal est la 13e équipe de Premier League (13 points en dix matchs). Dimanche dernier, Arsenal s’est encore compliqué une saison pourtant bien partie. Battus par Watford (1-2) en quart de finale, ils quittent la FA Cup par la petite porte. La probable élimination face à Barcelone passe donc d'un statut de "résultat logique" à "nouvel échec". Arsenal est presque condamné à l'exploit pour sauver sa saison, sauf retour incroyable en Premier League. Et Arsène Wenger doit défier le favori de la Ligue des Champions avec un effectif diminué : Ramsey (hanche), Cech (mollet), Cazorla (tendon d'achille), Oxlade-Chamberlain (genou), Rosicky (cuisse) et Wilshere sont blessés. 

Tout roule pour Barcelone

De son côté, Barcelone a quasiment assuré un nouveau titre de champion d'Espagne (8 points d'avance sur l'Atletico Madrid, deuxième). Le principal travail de Luis Enrique, l'entraîneur des Catalans, consiste sans doute plus à maintenir un certain niveau d'exigence dans son groupe. A ne pas laisser les joueurs s'avachir dans leur fauteuil de favori permanent. Il a d'ailleurs rappelé en conférence de presse que la domination et les records (une possible dixième victoire de suite à domicile en C1)  ne seront plus grand chose sans un trophée au bout : "Les records, cela ne me dit rien du tout. Remporter des titres, en revanche, cela me parlera, ce sera quelque chose dont on pourra se souvenir, sinon cela ne sert à rien". Cela passe par un match sérieux ce soir, sans le défenseur central Pique (suspendu), pour éviter toute mauvaise surprise. 

Hugo Monier @hgo_mon