Arsène Wenger
Le manager d'Arsenal Arsène Wenger | AFP - JUSTIN TALLIS

Barcelone-Arsenal : Arsène Wenger prône l'attaque face aux "magiciens" du Barça

Publié le , modifié le

L'entraîneur d'Arsenal Arsène Wenger a appelé ses joueurs à partir à l'attaque et à ne pas "calculer" mercredi en 8e retour de Ligue des champions face aux "magiciens" du FC Barcelone, vainqueurs à l'aller à Londres (2-0).

Quelle magie comptez-vous employer pour obtenir le résultat voulu mercredi au Camp Nou ?
Arsène Wenger : "La clé pour nous est une performance défensive solide. La tâche est devant nous, nous devons attaquer et c'est ce que nous aimons. Nous savons que les magiciens de Barcelone vont réclamer de nous une grosse performance. (...) Je ne pense pas que nous devions trop réfléchir ou calculer. Nous devons marquer trois buts et cela implique d'aller de l'avant. Nous devons attaquer et prendre le contrôle du match."

Serait-il acceptable pour vous de terminer la saison sans trophée ?
A.W. : "Nous avons réussi un miracle pour arriver à ce stade, nous avons dû réussir une performance spéciale contre Olympiakos (victoire 3-0 à l'extérieur en phase de groupes). Je suis sûr que ce serait génial pour la fin de notre saison de réussir une bonne performance demain (mercredi). Je pense aussi que la Premier League est plus ouverte qu'on ne le pense. Et en Ligue des champions, nous avons une petite chance, il faut faire de notre mieux parce qu'on ne sait jamais."

Après 20 années à la tête d'Arsenal, avez-vous toujours le même appétit ?
A.W. : "Je n'ai aucun doute au sujet de mon immense motivation. J'ai réussi tout cela en travaillant dur, sans ressources extérieures. Si vous comparez le club tel qu'il était quand je suis arrivé et tel qu'il est aujourd'hui, nous avons progressé sans l'apport financier de quiconque. Je suis encore plus motivé que le jour où je suis arrivé. J'ai la responsabilité de continuer à aller de l'avant. Quand on est là depuis longtemps, les gens s'interrogent sur votre implication. Mais je suis impliqué à 100%, davantage même que le jour de mon arrivée."

AFP