Barça-PSG : une tactique déterminante pour Emery

Barça-PSG : une tactique déterminante pour Emery

Publié le , modifié le

2-1, 6-1, 5-0. Ce n’est pas du tennis mais les trois dernières victoires du Barça depuis la déroute subie en huitième de finale aller de Ligue des Champions (4-0) face au PSG, le 14 février. Des Parisiens que les Catalans retrouvent ce soir pour tenter une remontada jamais vue dans l’histoire de la compétition, le tout dans un nouveau système : le 3-4-3. Efficace en Liga, le sera-t-il en C1 ?

Unaï Emery entend bien le montrer et reproduire la prestation entrevue il y trois semaines. De son côté, Luis Enrique, l’entraîneur barcelonais, veut y croire : « J’ai une foi inébranlable dans le fait que nous allons faire un grand match et revenir dans la course. Nous allons essayer jusqu’à notre dernier soupir. » De là à réussir, il y a un monde. Un monde qu’un grand Barça est néanmoins capable de fréquenter. Pour le moment, c’est surtout au conditionnel que le FC Barcelone entrevoit ce succès…

On ne change pas un système qui gagne

Dans les faits et sur le terrain, le technicien parisien a donné une leçon tactique à son homologue espagnol. Solide derrière et rapide devant, ce PSG était injouable. Si le résultat est flatteur, c’est la manière qui impressionne. Rarement le Barça est apparu aussi bousculé et même pris à son propre jeu. L’Atletico Madrid de Diego Simeone ou le Bayern Munich en ont été capables, le PSG aussi désormais. En 2012-2013, la formation allemande avait même été capable de gagner (4-0) chez elle puis de s’imposer (3-0) au Camp Nou. Le modèle à suivre pour le club de la capitale…

Les hommes d’Unaï Emery ont certes laissé le ballon à leurs adversaires ibériques (43%-57%) mais l’ont bien mieux utilisé (10 tirs cadrés sur 16). Et dans les moments de possession espagnole, c’est un glissement perpétuel des lignes parisiennes qui venait perturber les Barcelonais. La dernière de ces lignes, emmenée par l’entreprenant Thomas Meunier et la révélation Presnel Kimpembe, a notamment permis d’éteindre la MSN (Messi-Suarez-Neymar) avec 3 tirs dont une seule petite occasion.

Capitaine Silva de retour, Di Maria incertain

Habituellement donc, au-delà du système, on ne change pas une équipe qui gagne. Cette fois-ci, il y a prescription : le Brésilien, Thiago Silva, est de retour. Le capitaine parisien reprendra logiquement sa place dans l’axe central avec son compatriote Marquinhos et le PSG est loin d’y perdre au change. "O Monstro" Silva sera déterminant dans les duels, un secteur clé pour Emery : « Nous devons être bien préparés au niveau collectif, bien positionnés, et aussi individuellement nous devons mettre l'accent sur les duels. » Préservé la semaine dernière, Adrien Rabiot devrait lui de nouveau jouer après avoir déjà embêté le Barça à l’aller (71% de duels gagnés). Plus handicapante, c’est l’absence possible d’Angel Di Maria. Toujours gêné au mollet, l’Argentin, double buteur à l’aller, n’a participé qu’à l’échauffement hier et pourrait être juste.

Deux retours importants derrière et une absence dommageable devant. Peut-être les clés du système Emery qui est « motivé mais conscient que les 90 minutes seront très dures ». Et d’ajouter : « J’ai confiance en l’équipe et notre travail. » Le message est clair : le PSG est prêt à écrire son histoire.

Adrien Fonteneau @Adri_Fntn