Edinson Cavani (PSG)
Edinson Cavani (PSG) | JOSEP LAGO / AFP

Barça-PSG: Et Cavani croyait avoir sauvé Paris…

Publié le , modifié le

Edinson Cavani a de nouveau failli prouver qu’il était indispensable au Paris-Saint-Germain cette saison en marquant un but très important au moment où Barcelone était tout près de faire vaciller les Parisiens, à 3-0. Son 8e but en 8 matches de Ligue des champions, le premier inscrit au Barça sur son terrain cette saison en C1, aurait dû délivrer un PSG mal embarqué. Mais la reprise instantanée du Matador -du coup du pied sous la barre transversale de Ter Stegen (3-1, 62e)- n’a finalement pas suffi, les carences défensives de ses partenaires ayant plombé le club de la capitale (6-1, score final).

Edinson Cavani se rappellera longtemps son 25e but en 44 rencontres de Ligue des champions, le 20e marqué pour le PSG dans la compétition, record de Zlatan Ibrahimovic égalé. Cette magnifique réalisation, juste après l’heure de jeu, avait éteint durant 25 minutes un FC Barcelone qui avait pourtant fait le match idéal jusque-là pour espérer retourner la situation quasi désespérée établie au match aller. 

Il a défendu en première période

Et pourtant, que l’attaquant uruguayen avait souffert lors du premier acte, sevré de ballons et contraint de défendre bas pour prêter main forte à ses coéquipiers du milieu, moins rayonnants que d’habitude. Mais l’ancien avant-centre du Napoli n’est pas homme à se résigner. Il faut courir encore plus que d’habitude ? Il le fait sans barguigner. Il convient d’attendre son heure. Il patiente sans se plaindre.

La seconde période devait être celle de la délivrance. Dès la 53e, Cavani manquait d’ouvrir le score de très peu : sur un centre fort devant le but signé Meunier, le Sud-Américain prenait le dessus sur Mascherano pour se jeter au premier poteau et tirer sur le poteau à bout portant alors que Ter Stegen était battu. 

Un but censé être celui de la délivrance

La malchance allait le quitter quelques minutes plus tard : sur un coup-franc tiré par Verratti dans le rond central, Kurzawa remettait de la tête à Cavani placé en retrait, et l’Uruguayen fusillait le portier catalan d’une demi-volée du droit imparable. A ce moment-là, tout baignait pour Paris et son buteur. 

Dans la foulée, un nouveau contre parisien aboutissait à Cavani qui s’engouffrait sur le côté gauche de la surface pour tirer du plat du pied droit, mais Ter Stegen s’interposait pour préserver les chances des siens. Il restait alors une petite demi-heure à jouer et personne n’imaginait le Barça capable d’inscrire trois nouveaux buts…

Grégory Jouin @GregoryJouin