Blaise Matuidi
Blaise Matuidi a pris le meilleur sur Sofiane Feghouli | AFP - MIGUEL MEDINA

Balèze Matuidi

Publié le , modifié le

Outre Ezequiel Lavezzi buteur décisif, le PSG s'est sorti du piège valencian grâce notamment à l'abattage de son indispensable milieu de terrain Blaise Matuidi. Au four et au moulin pendant 90 minutes, l'ancien stéphanois a une fois de plus compensé les erreurs de ses coéquipiers. Une prestation majuscule qui lui a valu les hommages du Parc des Princes et de Carlo Ancelotti.

"Matuidi, Matuidi"!! Les cris des supporters parisiens ont résonné dans l'enceinte du Parc des Princes mercredi soir. Sans Ibrahimovic, ils attendaient Thiago Silva, qui n'a pas déçu pour son retour en défense centrale, ou encore Ezequiel Lavezzi, buteur et accélérateur numéro 1 du PSG, mais ils ont surtout vu Blaise Matuidi. Partout.

Aux quatre coins du terrain, le milieu de terrain a mis sa hargne, son envie et son énergie au service d'une équipe parisienne trop attentiste en première période. Face aux manieurs de ballon valencians, il a souvent du courir pour combler les brèches. Un travail défensif qui ne l'a pas dispensé d'apporter offensivement, à l'image du carton jaune provoqué et reçu par Victor Ruiz pour une charge grossière alors que l'international français avait fait la différence sur le côté gauche.

Une erreur qui aurait pu coûter cher

"Ce n'était pas un match facile, mais en Ligue des champions ce n'est jamais facile". Blaise Matuidi, dont c'est la première participation à la plus grande compétition européenne, commence à l'apprendre. A ce niveau, les erreurs se paient cash et il a pu s'en rendre compte. Alors que le score était encore de 0-0, une mauvaise relance dans l'axe de Chantôme était mal négociée par son partenaire. Un ballon perdu dont profitait immédiatement Jonas dont la frappe se logeait dans les petits filets de Sirigu.

Pendant les dix minutes qui ont précédé l'égalisation de l'Argentin Lavezzi, il a tremblé, comme tous ses partenaires. Le soulagement en était d'autant plus grand au coup de sifflet final. "C'est historique. Aujourd'hui, on a fait quelque chose  de grand, il ne faut pas avoir peur de le dire. On n'a pas envie de s'arrêter  là, on a envie d'aller plus haut. Les quarts de finale, c'est ouvert", assurait-il mercredi soir.

L'éloge d'Ancelotti

Comme depuis cinq matches et la victoire à Valence le 12 février dernier, Blaise Matuidi a encore disputé la rencontre en intégralité. La sixième de suite. Une preuve de la confiance que lui accorde Carlo Ancelotti et de la place prise par le joueur dans l'effectif parisien au cours des derniers mois. Un constat qui s'est vérifié encore face à Valence au moment où Matuidi a demandé à être remplacé après un choc. "En 1re il a pris un coup et a ensuite eu un petit problème. Il voulait sortir, mais je lui ai dit: +Tu  restes+!", a raconté Ancelotti.

Humble et discret, il préférait mettre l'accent sur ses partenaires plutôt que sur sa performance. "Que ce soit avec Thiago Motta, avec Marco (Verratti), avec +Clem+  Chantôme, ou avec David (Beckham), je me sens toujours bien à leurs côtés,  parce que ce sont de très bons joueurs. Thiago a l'expérience de la Ligue des  champions, et techniquement il a un bagage au-dessus de nous, les plus jeunes. Ca nous fait du bien". Les lauriers, c'est l'entraîneur italien qui les lui a tressés : "Matuidi a été  fantastique. Ce n'est pas un secret, il l'est tout le temps. En ce moment, c'est l'un des meilleurs milieux en Europe". Si Leonardo s'inquiétait d'avoir une équipe taillée pour l'Europe plus que pour la Ligue 1, Blaise Matuidi lui a prouvé mercredi qu'il était taillé pour tous les terrains.