Cavani, Pastore, PSG
Javier Pastore, passeur décisif, et Edinson Cavani, buteur, ont été les deux principaux éléments offensifs du PSG | MARTIN BUREAU / AFP

Apoel-PSG: Nicosie, terre de danger

Publié le , modifié le

Leader de son groupe de Ligue des champions après deux journées, le PSG effectue un déplacement périlleux à Nicosie (20h45). Dans leur antre, les Chypriotes sont redoutables et aiment déjouer les pronostics.

Les matches de la 3e journée de Ligue des champions

"Ce n'est pas un traquenard, c'est juste un match difficile". Quand il sera au beau milieu de 23 400 supporters bleu et jaune déchaînés dans les tribunes du stade GSP, Zoumana Camara changera peut-être d’avis. En attendant, le défenseur central du PSG, redevenu titulaire à la faveur des blessures de Thiago Silva, Marquinhos et David Luiz tente de positiver. Vainqueur convaincant du Barça fin septembre, le club de la capitale retrouve une scène européenne sur laquelle il a pris l’habitude de sortir ses plus beaux apparats. "Si on n'est pas à notre maximum au niveau de la motivation et de la détermination, on aura de gros problèmes face à cette équipe", met en garde Laurent Blanc.

Lyon et Bordeaux sont tombés à Nicosie

Face à lui, le champion de France aura son semblable, c'est-à-dire un adversaire amoureux de l’Europe. Au niveau continental, l’Apoel Nicosie aime faire mentir les côtes. Surtout quand la rencontre a lieu sur ses terres. Bordeaux en Ligue Europa la saison passée et Lyon il y a trois ans en 8e de finale de Ligue des champions ont payé pour le savoir. Ces revers avaient coûté la qualification pour les phases finales aux Girondins et sonné le glas du grand OL des années 2000. Cette double peine infligée au football français doit servir d’avertissement aux Parisiens. "C'est un club habitué aux joutes européennes. Il y a quelques joueurs qu'on connaît très bien parce qu'ils sont passés par le championnat de France. Je pense à Carlao notamment, détaille Blanc. On a travaillé sur les deux matchs qu'ils ont fait en Ligue des Champions et notamment celui qu'ils ont fait ici contre l'Ajax. Ils ont fait un match plus que sérieux".

En visite sur l’île méditerranéenne, les Hollandais sont repartis avec un match nul heureux. Par le passé, tous n’ont pas eu le même privilège. Quelques semaines avant l’Olympique Lyonnais, le Zénith Saint-Petersbourg et Porto étaient venus mordre la poussière sur la pelouse du club vingt-trois fois champion de Chypre. "Contre une grande équipe comme Paris, nous n'avons pas vraiment les moyens d'ouvrir le jeu et d'attaquer. En fait, notre objectif sera de faire déjouer le PSG", confie l'attaquant algérien Rafik Djebbour au Parisien. Avec ses douze millions d’euros de budget, l’Apoel fait figure de nain face à ses concurrents européens. Il lui faut donc déployer des trésors de stratégie pour faire chuter ces géants.

Charalambidis : "Battre le PSG, qu'importe la manière"

"L’important dans ce genre de match, c’est l’analyse tactique faite par le coach. Contre l’Ajax, on avait mis un plan en place qui a très bien respecté sur le terrain, dévoile Konstantínos Charalambídis, milieu de terrain du cru, aux journalistes de Canal +. Personnellement, je pense que si ça a fonctionné, c’est parce les joueurs ont fait preuve d’une grande discipline. Face au PSG, on a une obsession : gagner quelle que soit la manière". Sur leur pelouse, les Chypriotes n’ont rien à perdre. A l’inverse, le PSG joue gros. Tombeuses du Barça, les troupes du président Al-Khelaifi ont pris la main dans le groupe F. Elles n’ont pas intérêt à la perdre, d’autant que l’Ajax n’est pas encore distancé et que l’OM leur donne du fil à retordre en Ligue 1.

Handicapé par une litanie de blessures, Paris s’avance tête basse au stade GSP. "On est prévenu, on sait que c'est une bonne équipe, qui a donné du mal à Barcelone (défaite 1-0 au Camp Nou) et fait nul contre l'Ajax (1-1)", avertit Camara. Pour exister hors de ses frontières, l’Apoel n’a d’autres choix que de briller en Coupe d’Europe. "L’exploit est possible, se persuade Djebbour. Même si notre budget est cent fois plus petit que celui du PSG, nous sommes une équipe du niveau de la Ligue des champions". Si le Paris Saint-Germain l’oublie, les hommes de Giorgos Donis auront tôt fait de lui rappeler.

Jerome Carrere