Andrés Iniesta sous le maillot barcelonais
Iniesta a peut-être disputé son dernier match en Ligue des Champions. | Josep LAGO / AFP

Andres Iniesta va-t-il finir sa carrière européenne sur la plus grosse claque du FC Barcelone en C1 ?

Publié le , modifié le

Après l'incroyable "romantada" subit hier à Rome (4-1 à l'aller, 0-3 au retour) par le FC Barcelone, l'une des pièces maîtresses du club n'a pas caché son immense tristesse : "C'est peut-être mon dernier match en C1, mais actuellement c'est surtout la douleur qui prime, admet Andres Iniesta. Aujourd'hui n'est pas un jour où je dois faire passer des messages. Ce sera compliqué de se lever demain après le match de ce soir, mais nous devons aller de l'avant." La démonstration de la Roma aura eu raison du numéro 8 barcelonais. Le joueur terminera-t-il son parcours en Ligue des Champions sur la pire désillusion du Barça contemporain? Arrivé en 2002 dans l’équipe pro, le maestro a connu d’autres revers marquants en C1. Retour sur ses cinq plus grosses déconvenues.

5 - Barcelone – Liverpool (2006-07) : Le grand Barça se fait surprendre sur sa pelouse

En 2007, le Barça fait partie des équipes imbattables à domicile. Sur sa route, en 1/8 de finales, les Blaugranas rencontrent Liverpool. Les Reds réalisent une saison correcte mais termineront  à 31 points du leader United. De leur côté, les Catalans concluront une saison quasi parfaite en championnat, deuxièmes à égalité avec le Real Madrid (76 points). Au match aller, l’équipe de Frank Rijkaard reçoit avec confiance une formation aglaise prête à faire un bon coup. Andres Iniesta entre à la 54e minute suite à l’égalisation de Craig Bellamy. Mais rien n’y fait, John Arne Riise assomme le Barça : 1-2 pour Liverpool. Malgré un 0-1 au retour, les coéquipiers d’Iniesta s’arrêtent en huitièmes, bien loin de leur objectif.

Dirk Kuyt félicite son buteur Craig Bellamy.
Dirk Kuyt félicite son buteur Craig Bellamy. © LLUIS GENE / AFP

4 - Atletico-Barcelone (2015-16) : Le tenant du titre sorti par plus petit que lui

A l'aller, le Barça s'était imposé 2-1 sur sa pelouse. Au retour, grâce à un doublé d'Antoine Griezmann, devenu le premier Français à inscrire un doublé contre le club barcelonais, les Colchoneros ont éliminé le tenant du titre (2-0). Iniesta, titulaire lors des deux rencontres, restera particulièrement discret. A l’image des Blaugranas, il offrira une prestation offensivement stérile.

Andres Iniesta va-t-il finir sa carrière européenne sur la plus grosse claque du FC Barcelone en C1 ?
© Eleven Sports BE

3 - Chelsea-Barcelone (2004-05) : Barcelone se fait renverser

Après une petite victoire 2-1 lors du match à l'aller, Barcelone ferme plus sa boutique qu’à l’habitude, sans succès. En l’espace de 11 minutes, les Catalans prennent totalement l’eau (3-0 à la 19’). Iniesta est dépassé et assiste impuissant à une sévère déconvenue (4-2), tant l’équipe espagnole ne se voyait pas éliminée dès les 1/8e de finale. Le club est en reconstruction mais la présence de Ronaldinho, Eto’o ou encore Deco rendent les supporters impatients. Iniesta se montrera digne : "Nous sommes tombés face à un grand Chelsea mais notre prestation n’est pas acceptable."

John Terry et les siens triomphent du Barça.
John Terry et les siens triomphent du Barça. © ODD ANDERSEN / AFP

2 - Juventus-Barcelone (2016-17) : Après la « remontada », la désillusion

Les joueurs de Luis Enrique viennent de réaliser le plus grand exploit de l'histoire de la Ligue des champions : se qualifier après avoir perdu 4-0 au match aller (face à Paris). La fameuse "remontada". Confiants, les Espagnols se présentent en ¼ de finales face à une grande Vieille dame. En patronne, la Juventus de Turin a donné une véritable leçon au FC Barcelone en s'imposant 3-0. Le meneur des jeu de Barcelone sortira dépité à la 82’, remplacé par Jordi Alba.  

1 - Bayern-Barcelone (2012-13) : La fessée à l’aller, une claque au retour

Présentée à l’époque comme la plus grande équipe du monde, le Barça va subir l’un de ses pires traumatismes en Ligue des champions, à l’aller comme au retour. Face à lui, le Bayern fait forte impression. D’abord, une claque à l’Allianz-Arena, sa plus lourde défaite en coupe d’Europe depuis 1997. La vengeance n’aura pas lieu au second match. Fait marquant, les deux cerveaux du jeu catalan Iniesta et Xavi sont totalement transparents. Même le coach de l’époque Tito Vilanova n’y croyait plus : "En ce qui concerne les sorties de Xavi et Iniesta, le résultat était alors acquis."

La cinglante défaite sur la pelouse de la Roma mardi dernier donnera peut-être à Andres Iniesta, avec du recul, l’envie de revenir pour finir sa carrière européenne sur une bonne note.