Alisson et Fazio, hommes clés de la Roma cette saison
Alisson et Fazio, hommes clés de la Roma cette saison | AFP

Ligue des champions : Alisson-Fazio-Dzeko, la colonne vertébrale de l'AS Roma

Publié le , modifié le

Pour la première année de l’après Totti, l’AS Roma retrouve le top 8 européen pour la première fois depuis dix ans. Sans pression face à la montagne Barcelone, les Giallorossi n'auront rien à perdre et compteront sur le trio Alisson-Fazio-Dzeko pour faire douter les Catalans.

Alisson- Gardien

Alisson Becker
Alisson Becker © AFP

Titulaire avec la sélection brésilienne mais relégué à un rôle de doublure à la Roma, c’est le paradoxe qu’a connu Alisson Becker pour sa première année dans la capitale italienne la saison dernière. Mais l’ancien joueur de l’Internacional a su prendre son mal en patience avant de s’imposer comme le patron incontesté de la cage romaine depuis le départ de Wojciech Szczęsny, parti jouer les doublures de Gianluigi Buffon à la Juve.

Un pari gagnant sur toute la ligne pour la Roma. Quatrième défense de Serie A, la Louve compte déjà 13 matches sans encaisser de but en 30 journées, et elle le doit en grande partie à son gardien brésilien, félin sur sa ligne et souvent très juste dans la relance. Ce dernier a aussi impressionné en Ligue des Champions, notamment lors du match de poules aller face à l’Atletico Madrid où Alisson avait multiplié les parades (0-0) et réalisé une performance "incroyable" selon le coach des Colchoneros Diego Simeone.

Meilleur gardien de Serie A cette saison, le portier brésilien serait courtisé par les plus grands, de Liverpool au Real Madrid en passant par le Paris Saint-Germain. Logique selon Cafu, légende de la Seleçao et de la Roma, qui a confié à la Corriere dello Sport le mois dernier voir en Alisson le potentiel pour "devenir l'un des meilleurs gardien de l'histoire du Brésil". Face à l’armada offensive barcelonaise, l’occasion de briller face à un géant d’Europe est trop belle pour la laisser passer.

Federico Fazio - Défenseur central

Federico Fazio
Federico Fazio © AFP

Federico Fazio est redevenu Federico Fazio. Leader pendant sept saisons de la défense du FC Séville (2007-2014) avant d’aller se perdre à Tottenham où il ne disputera que 32 matches en un an et demi, le défenseur argentin revit du côté de la Roma. Venu pour se relancer après son expérience compliquée chez les Spurs, Fazio est devenu en moins de deux ans le pilier de l’arrière-garde romaine. Que ce soit dans la défense à trois de Luciano Spalletti la saison dernière ou aux côtés du seul Kostas Manolas sous les ordres d’Eusebio Di Francesco aujourd’hui, le colossal argentin (1m95) impressionne aussi bien physiquement que collectivement et tactiquement. Au Camp Nou, il sera le patron d’une défense qui devra résister aux assauts du Barça de Lionel Messi, que Federico Fazio devrait retrouver cet été sous les couleurs de l’Argentine lors de la Coupe du Monde.

Edin Dzeko - Attaquant

Edin Dzeko
Edin Dzeko © AFP

Il a été le sauveur de la Roma en huitièmes de finale. Obligé de gagner après sa défaite en Ukraine face au Shakhtar à l’aller (1-2), le club romain avait pu compter sur son attaquant bosnien, auteur du seul but d’un match retour compliqué pour envoyer l’AS Roma en quarts de finale de la Ligue des Champions, une première depuis dix ans. Meilleur buteur de Serie A l’an passé (29 buts), Edin Dzeko se fait plus discret cette saison (18 buts toutes compétitions confondues) mais reste plus que jamais le leader d’attaque de la Louve.

Malgré son transfert avorté à Chelsea au mercato d’hiver, qui coïncide avec la période de moins bien qu’a connu la Roma (aucune victoire au mois de janvier en championnat), l’ancien joueur de Manchester City reste le facteur X du club italien, capable de se montrer décisif lors des grands rendez-vous comme face au Shakhtar ou en phase de poules lors d’un match nul totalement fou contre Chelsea (3-3) où il s’était fendu d’un doublé. Dzeko et la Roma devront faire face désormais à la meilleure défense de C1 cette saison (seulement deux buts encaissés par le Barça), un défi à la hauteur du géant bosnien.

Mathieu Aellen