Les supporters de Liverpool

Agressé par deux Romains, un supporter de Liverpool entre la vie et la mort

Publié le , modifié le

Un supporteur de Liverpool était entre la vie et la mort mercredi, souffrant de sérieuses blessures à la tête provoquées par "l'ignoble" agression par des fans de la Roma avant la demi-finale aller de Ligue des champions remportée par les Reds (5-2). L'homme, qui serait Irlandais, est soigné dans un centre neurologique où sa condition est jugée critique, a déclaré la police locale. Deux hommes âgés de 25 et 26 ans, ont été arrêtés, suspectés de tentative de meurtre après l'attaque sur l'homme de 53 ans qui aurait fait le voyage d'Irlande pour assister au match.

Les agresseurs présumés faisaient partie d'un groupe de neuf personnes arrêtées, accusées notamment de bagarre, agression, possession d'armes offensives, de drogues... "Nous pensons que la victime était à Liverpool avec son frère pour assister au match Liverpool-Roma et a été agressé lors d'une altercation entre fans de Liverpool et de La Roma à environ 19h35 (18h35 GMT)," a indiqué l'inspecteur Paul Speight. "Des témoins ont indiqué que la victime a été frappée avec une ceinture avant de s'effondrer sur le sol", a-t-il poursuivi. "Il a été soigné sur place avant d'être évacué en ambulance au centre neurologique Walton où il est soigné pour une blessure à la tête."

Des sanctions à venir ?

Vainqueur de la rencontre, le club anglais, qui s'est imposé (5-2), s'est déclaré "choqué et scandalisé" par l'incident. "Nos pensées vont d'abord à la victime et sa famille. Ils ont notre soutien total", a souligné le club dans un communiqué. L'AS Rome a officiellement condamné le comportement "odieux" d'une "petite minorité" de supporters "qui ont fait honte au club alors que la grande majorité des supporters de la Roma ont eu une conduite exemplaire à Anfield", a écrit le club romain dans un communiqué publié en anglais et en italien. L'UEFA était également "profondément choqué par l'ignoble agression", ajoutant qu'elle attendait les rapports complets avant d'évaluer de possibles sanctions disciplinaires".

AFP