Tirage

Ligue des Champions / Tirage : Les clubs français pas vernis

Publié le , modifié le

Des trois clubs français, c'est l'Olympique Lyonnais qui a peut-être été le mieux loti dans ce tirage au sort des poules de la Ligue des Champions. Le club de Jean-Michel Aulas tombe dans le groupe F avec Manchester City, Donetsk et Hoffenheim. La qualification va être plus chère pour Monaco avec l'Atlético Madrid, le Borussia Dortmund et le FC Bruges dans ce groupe A. Enfin, le PSG aura deux grosses équipes dans le groupe C avec Naples et Liverpool. Des affiches alléchantes pour les trois clubs français.

Un groupe relevé pour le PSG

Le PSG aura fort à faire contre le Napoli et le finaliste 2018, Liverpool. Ce n'est pas forcement une mauvais nouvelle pour Paris. Les saisons passées, le manque d'adversité en Ligue 1 a probablement contribué au manque de compétitivité du club en 8es et quarts de finale. Ce groupe relevé va obliger Neymar and co à se mobiliser dès la première partie de saison et de se battre pour arracher une qualification qui ressemblait à une formalité l'an passé. D'autant que si Paris est à son meilleur niveau, la qualification reste largement à sa portée.

Cet été le Napoli a d'ailleurs recruté cet été un entraîneur que le PSG connaît très bien: l'Italien Carlo Ancelotti, meneur d'hommes qui avait brillé aux débuts du PSG version Qatar, de 2011 à 2013, avant d'aller gagner la 10e Ligue des champions de l'histoire du Real Madrid en 2014. Sur le compte Twitter de son équipe, l'ancien milieu de l'AS Rome et du Milan AC n'a pas manqué d'évoquer "un groupe très difficile" pour lui. "On joue contre deux candidats à la victoire finale. Mais je suis convaincu que ça sera compliqué pour eux aussi d'affronter Naples"

L'Etoile Rouge de Belgrade pour son grand retour sera l'outsider en se retrouvant dans ce groupe C qui a tout du groupe de la mort pour le club serbe.

Monaco pas en reste

Les Monégasques n'ont rien à envier au PSG. Placés dans le groupe C, ils devront batailler avec l'Atlético Madrid d'Antoine Griezmann et le Borussia Dortmund. Le FC Bruges fera office de petit poucet. Un parfum de déjà vu pour la rencontre Dortmund - Monaco, en 2017, en quarts de finale, les Monégasques de Kilian Mbappe avaient martyrisé le Borussia en plantant 3 buts au match aller et au match retour.

Cet été, l'Atlético, finaliste en 2014 et 2016 (battu à chaque fois par le Real), s'est renforcé notamment en recrutant... à Monaco, le champion du monde Thomas Lemar. Le second avait subi la loi des Monégasques en quarts de finale de l'édition 2017. "C'est un tirage compliqué mais ce sont de belles affiches", a réagi le vice-président du club Vadim Vasilyev, sur RMC Sport. "C'est un tirage difficile, mais très intéressant. L'objectif est de faire mieux que la saison précédente", quand Monaco avait terminé dernier d'une poule a priori beaucoup plus accessible.
 

Les Lyonnais ne s'en sortent pas si mal

Dans le groupe F, Manchester City fera office d’épouvantail. Mais si le club a écrasé la Premier League la saison passé, il peine toujours à exister sur la scène européenne. Les deux autres clubs, le Shakhtar Donetsk et Hoffenheim sont à la portée des équipiers de Nabil Fékir.  "C'est un tirage dans la moyenne des tirages de cette Ligue des champions d'un niveau extraordinairement élevée, il y avait pire", a notamment réagi sur RMC Sport le président de l'OL, Jean-Michel Aulas. "Il n'y a que des équipes qu'on n'a jamais rencontrées, avec un épouvantail qui est Manchester City et des équipes allemande (Hoffenheim) et ukrainienne (Shakhtar Donetsk) qui sont à notre niveau."
   

Le groupe de la mort 

 Les Spurs d'Hugo LLoris tombent dans le groupe de la mort avec le FC Barcelone, Champion d'Espagne, le PSV Eindhoven, Champion des Pays-Bas et l'Inter Milan. Les Milanais étaient le gros poisson du 4e chapeau. Peu en vue les dernières saisons le club reste un poids lourd dans l'histoire de la Ligue des Champions et arrive avec de solides arguments pour l'édition 2018/2019

Avec AFP

Tous les groupes :

Névil Gagnepain

Ligue des champions