Edinson Cavani face à Naples.

Ligue des champions : Cavani, retrouvailles compliquées avec le Napoli

Publié le , modifié le

L'attaquant du PSG Edinson Cavani retrouvait, à l'occasion de la troisième journée de la Ligue des champions, ses anciens coéquipiers du Napoli. Quatrième meilleur buteur de l'histoire du club italien, l'Uruguayen n'a pas marqué et aurait pu rêver meilleures retrouvailles. Volontaire mais maladroit, il a été remplacé à la 75e minute. Période compliquée pour le numéro 9 parisien...

Cela devait être sa soirée. C'était écrit : Cavani devait délivrer le PSG face à son ancien club, qui plus est au Parc des Princes. Il n'en n'a rien été. Les retrouvailles ont un peu viré au vinaigre pour l'Uruguayen, tenu en échec par Naples et remplacé à un quart d'heure du terme de la partie.

L'ancienne idole du Napoli a manqué de réalisme

104 buts en 138 matchs, 4e meilleur buteur de l'histoire du Napoli... Edinson Cavani a une place à part dans l'histoire du club napolitain. Retrouver ses anciens partenaires dans le premier des deux affrontements entre les deux équipes devait être un moment fort. Sauf qu'El Matador et les joueurs de Thomas Tuchel sont tombés sur un os. Un jeu emprunté, pas toujours flamboyant, qui sans le chef d'oeuvre de Di Maria dans le temps additionnel aurait pu mettre un gros coup de frein dans la course à la qualification...

Dans les 20 premières minutes, Cavani est partout et se procure deux occasions : une frappe sans contrôle du gauche qui file à côté des buts, une autre croisée pied gauche qui oblige Ospina à la parade. Puis plus rien ou presque.

Certains mauvais esprits penseront encore à l'action de la 3e minute, quand Cavani fait vriller la cheville de Neymar, pour y voir un symbole de la supposée entente entre les deux hommes. Les deux joueurs se sont gênés au moment de tenter leur chance sur un centre de Mbappé. On voit ensuite l'Uruguayen tenter de réveiller ses partenaires, d'haranguer la foule, qui demande à être servi dans le bon tempo, veut plus d'agressivité... Du Cavani dans le texte. Esseulé sur le front de l'attaque, il doit se contenter des miettes au milieu des stars Mbappé et Neymar. Le changement tactique (4-2-3-1 à 3-5-2) en deuxième période apportera davantage de danger sur les buts napolitains.

Du déchet technique et un remplacement à la 75e

Autre symbole dès le retour des vestiaires : sur une frappe de Neymar à l'entrée de la surface, Ospina repousse dans les pieds du numéro 9 parisien. Seul face au but, il place un plat du pied gauche qui fuit le cadre. Il y avait hors-jeu.

Dix minutes plus tard, Cavani manquera un nouveau duel face au portier colombien et sortira de ses gonds en réclamant une faute sur un retour "limite" selon lui d'un défenseur napolitain. L'Uruguayen est toujours aussi peu avare en efforts mais loupe beaucoup de choses simples : des positions de hors-jeu évitables, des passes ratées, un jeu plus souvent en retrait… À la 75e minute, il laisse sa place à Julian Draxler.

Avec un dernier but remontant au 3 octobre dernier face à l'Etoile Rouge de Belgrade (6-1), Cavani n'est pas dans la meilleure des passes. Mais plus que les statistiques, c'est sa place dans le jeu offensif du PSG qui semble remise en cause.