Nantes joie Aristeguieta
La joie du Nantais Aristeguieta | PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Un choc au goût de Ligue 1 à Nantes

Publié le , modifié le

La Beaujoire sera en ébullition samedi pour l'affiche de L2 entre Nantes et Monaco (14h00). Un doux parfum de Ligue 1 flottera sur les bords de l'Erdre entre ces deux clubs qui représentent 15 titres de champion à eux deux (8 pour le FCN et 7 pour l'ASM). A neuf journées du verdict, il n'est plus question de laisser des points en route, surtout pour les Canaris sous la menace de Guingamp revenu à hauteur et Caen, 4e pointé à deux petites unités.

Après quatre années de purgatoire, Nantes entrevoit enfin les projecteurs de l'élite. Deuxième de L2 grâce à un meilleur goal-average que Guingamp (54 points chacun), son premier poursuivant vainqueur hier à Sedan (1-2), la position est favorable mais encore très fragile. D'autant que Caen, 4e, rôde deux points derrière et Angers, 5e, à trois points. La réception du leader monégasque, quatre unités devant, est une belle occasion d'enfoncer le clou à l'entame du sprint final. "Beaucoup de gens s'enflamment un peu vite, prévient Michel Der Zakarian, l'entraîneur nantais, sur le site internet du club. Mais pour connaître le sport de haut niveau, il y a encore beaucoup de points à prendre. Avec la victoire à trois points, ça va vite. Il nous reste quatre matches à la maison, et nous devons faire carton plein. Comme les années précédentes, c'est un championnat très homogène. Il faut être régulier."

Ranieri : "Pas une finale"

A ce petit jeu de la régularité, Monaco est plutôt un bon élève. Les Rouge et Blanc n'ont plus perdu depuis sept matches. Même s'ils restent sur deux résultats nuls, la dynamique monégasque existe et s'entretient. Claudio Ranieri refuse de parler de finale du championnat alors qu'une victoire placerait l'équipe princière sur une voie royale. "On ne peut pas parler de finale, mais c'est un match difficile que nous sommes prêts à jouer, explique l'entraîneur italien de Monaco sur le site internet du club. C'est le match le plus important de la saison jusque là. On pense d'abord aux trois points, le prestige vient après. Le stade sera plein, mais nous serons prêts et nos supporters aussi." Pour les Monégasques, la clé sera de percer le bloc nantais sans se faire contrer. "Nantes, c'est du solide, analyse Ranieri. Une défense compacte, un jeu au sol, des contres attaques avec de bons attaquants…"

Rivière a faim de L1

Le FCN a des arguments et aura le public avec lui. Cette fête, cela fait longtemps que la Beaujoire l'attend. Le stade sera plein et à fond derrière les Canaris. "Les gens aiment les grosses affiches. Ils sont en attente depuis quatre - cinq ans, indique Der Zakarian. Ils veulent voir de beaux matches. C'est bien pour nous de jouer dans un stade plein. J'espère que le public va nous sublimer pour qu'on soit encore meilleurs. A nous de mettre le bon contenu et une grosse détermination pour gagner les duels." Jouer dans une enceinte à guichets fermés ravit également le Monégasque Emmanuel Rivière, débarqué sur le Rocher au mercato hivernal. "C'est un match au goût de Ligue 1, se délecte-t-il. On joue au foot pour jouer ces matchs, avec de l'enjeu et un stade plein. Mais cela reste un match avec trois points à prendre. A nous de l'aborder sereinement pour faire la différence là-bas. La L1 me manque, mais je fais tout pour la retrouver au plus vite avec l'ASM." Si tout va bien, les deux clubs se retrouveront la saison prochaine à l'étage supérieur.

Les résultats de la 30e journée de Ligue 2