MMArena inauguration 01 2011
Quel avenir pour le Mans et son stade flambant neuf ? | Xavier Richard

Sursis pour Le Mans

Publié le , modifié le

La commission d'appel de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) qui devait arrêter sa décision lundi a décidé de "réétudier mercredi" la rétrogradation administrative en National du Mans après que le CNOSF, saisi en appel par le club, a rendu une proposition de conciliation favorable. Le club sarthois est donc toujours dans l'attente alors que le championnat de L2 commence vendredi.

La Fédération française de football n'en finit pas de ne pas décider. Le 11 juillet dernier pourtant, la DNCG avait annoncé sa décision de relégation du Mans FC. Le club avait aussitôt déposé un recours auprès du Comité national olympique du sport français (CNOSF). Depuis, il a pris plusieurs mesures pour améliorer sa situation économique, en faisant rentrer de l'argent frais dans les caisses grâce à la vente de plusieurs joueurs ou en se séparant de certains autres qui bénéficiaient de salaires importants.  Le club a aussi reçu le soutien des élus locaux. Autant de résolutions et d'implications qui pourraient modifier la donne et qui en tout cas ont été prises en considération par le CNOSF qui s'est montré moins catégorique sur une inévitable relégation administrative et a donc proposé une conciliation. Ce dont la Fédéation a pris acte:  "La commission d'appel de la DNCG va réétudier le cas mercredi car de nouveaux éléments ont été apportés au dossier par le club du Mans", a-t-elle déclaré dans un communiqué à l'issue d'un comité exécutif  

De son côté, le club est toujours dans l'expectative et ne fait de commentaires superflu. "La FFF a informé Le Mans FC qu'elle avait demandé à la Commission d'Appel de la DNCG de réexaminer le nouveau dossier manceau" se contente-t-on de dire dans l'entourage du Président Legarda. Lequel doit croiser les doigts car l'enjeu est d'importance pour le club sarthois qui s'est doté d'un stade flambant neuf, le tout nouveau MMArena de 25.000 places qui pourrait devenir une coquille vide en cas de confirmation de la relégation, ce qui contribuerait à accentuer encore les problèmes financiers du club.

Quelle qu'elle soit mercredi prochain, la décision de la DNCG sera bien tardive. Car sur le plan sportif, ni l'équipe du Mans ni sans doute celle de Metz, appelée à la remplacer au cas où la relégation en National serait confirmée, ne savent encore si elles évolueront ou non en Ligue 2, alors que le championnat débute dans cinq jours avec (pour Le Mans ou pour Metz) un déplacement à Lens. Ce qui semble totalement inconséquent pour préparer une équipe dans les meilleures conditions.    

Christian Grégoire