Strasbourg-Troyes
La joie des Strasbourgeois | Maxppp - Jean-Marc Loos

Strasbourg s'impose devant Troyes et monte sur le podium

Publié le , modifié le

Strasbourg s'est hissé à la deuxième place de la Ligue 2 lundi après sa victoire devant Troyes (2-0) lundi en match de clôture de la 6e journée. Rapidement réduits à dix, les Troyens ont beaucoup subi, laissant la maîtrise à des Alsaciens qui ont logiquement fait la différence.

Strasbourg reste l'une des trois équipes toujours invaincues cette saison (avec Sochaux, 5e, et Reims, 3e, que les Alsaciens devancent seulement à la différence de but).

Des Alsaciens efficaces   

Face à Troyes, les hommes de Thierry Laurey n'ont pourtant pas livré une prestation convaincante. Ils ont en revanche su être efficaces et profiter des circonstances et de leur supériorité numérique. Dès la 10e minute, N'Diaye écopait en effet d'un carton rouge pour un tacle rugueux sur Gonçalves, ce qui mettait l'ESTAC déjà en proie au doute après un début de saison très moyen, dans une position plus que délicate. Un quart d'heure plus tard, Bahoken ouvrait la marque de la tête en propulsant au fond des filets un ballon repoussé par Samassa après une frappe de Boutaib et donnait l'avantage à Strasbourg (1-0, 25e).

Les Alsaciens pouvaient se satisfaire de cet avantage car ils se montraient souvent maladroits, et finalement semblaient se contenter de gérer le score, laissant même le plus souvent le ballon à leur adversaire sans que celui-ci se montre réellement dangereux. La partie s'équilibrait malgré tout, avec quelques timides occasions de part et d'autre. Il fallait attendre les toutes dernières minutes, alors que les deux équipes commençaient à accuser physiquement le coup, pour voir les Strasbourgeois porter le coup de grâce, à la 91e minute, grâce à Liénard bien servi par Boutaïb, et dont le but tout en finesse libérait les 15.000 spectateurs du stade de la Meinau.

Le promu strasbourgeois prend de plus en plus la mesure de la L2 et le confirme avec cette belle opération réalisée face à Troyes. 

Christian Grégoire