Ousmane Coulibaly brest Sochaux Jerome Roussillon
Le Brestois Ousmane Coulibaly face au Sochalien Jérôme Roussillon | AFP

Sochaux et Brest dos à dos

Publié le , modifié le

Sochaux et Brest ont fait match nul (2-2) lundi en match de clôture de la 5e journée. Les Sochaliens ont longtemps cru tenir la victoire avant de se faire rejoindre dans le temps additionnel. Ce petit point pris à Bonal permet aux Brestois, toujours invaincus, de demeurer leaders de L2.

"C’est une faute professionnelle, on n’a pas le droit de faire ça. Un match ce n’est pas 85 minutes. C’est 95. Sur la fin on doit être beaucoup plus costaud que ça et ne pas prendre ces deux buts. On a l’impression d’avoir perdu ce match" déclarait-on dans le camp de Sochaliens qui avaient en effet fait l'essentiel en prenant les devants grâce à un doublé de Faneva Andriatsima. Le Malgache avait déjà marqué à deux reprises face à Troyes et il a refait le coup contre les Brestois, pour prendre la tête du classement des buteurs avec cinq buts. Un contrôle de la poitrine puis une frappe en pivot pour son premier but à la 25e minute, un deuxième plus collectif d'un tir croisé à la conclusion d'une percée sochalienne côté droit (47e)... Le coup était parfait, et les Brestois, complètement atones, semblaient ne plus à avoir aucune chance contre le club qui les avait déjà éliminés dès le 2e tour de la Coupe de la Ligue mardi dernier sur le score de 2-0.

Mais si les Bretons ont été souvent maladroits dans cette rencontre, ils ont eu le mérite d'y croire jusqu'au bout. Et finalement ils ont été récompensés de leur constance offensive, puisque Neal Maupay a d’abord réduit l’écart, à la 90e+1, d’une frappe du droit depuis l’extérieur de la surface. Paniqué, le gardien doubiste a ensuite tenté de ralentir le match en conservant le ballon pour éviter une égalisation cruelle. Mais rien n'y a fait. Deux minutes plus tard Steven Joseph-Monrose est allé inscrire le but d'un match nul au vrai goût de victoire pour les Bretons, et laissant es Sochaliens abasourdis et piour le moins frustrés..

Christian Grégoire