Le Mans Helstad Lamah joie 10 2010
La joie des Manceaux, Helstad et Lamah en tête | lemansfc.fr

Sedan coule, Le Mans surfe

Publié le , modifié le

Deuxième de Ligue 2 avant la 14e journée, Sedan est tombé de haut en perdant à Laval (3-0), laissant Le Mans s'emparer de la place de 1er provisoire après sa victoire (1-0) à Metz qui glisse dans en zone de relégation. Evian-Thonon n'a pas su en profiter en concédant le nul contre Le Havre (1-1), comme Troyes, défait à domicile (1-0) par Istres. Victorieux de Nîmes (2-1), Nantes revient dans la course à la montée. Tours joue à Boulogne lundi pour redevenir leader.

Le stade Francis-Le Basser va devenir un vrai cimetière, et ce ne sera pas pour les Tangos. Pour son septième match à domicile, Laval a en effet prolongé son invincibilité en faisant tomber violemment la meilleure attaque de Ligue 2, Sedan, restée aphone (3-0). Avant de défier d'autres grosses cylindrées avant la trêve (Le Havre, Evian, Le Mans, Troyes), les hommes de Philippe Hinschbeger ont frappé un grand coup. Jérôme Lebouc, le milieu de terrain mayennais, s'est illustré avec un doublé (11e, 51e) qui fait passer son compteur personnel à cinq réalisations depuis le début de la saison. Et Chapuis a fini le travail à la 69e minute pour une victoire des Lavalois (3-0) qui les relancent dans la première moitié du classement, alors que c'est un terrible coup d'arrêt pour les Ardennais, qui n'ont gagné qu'une seule fois loin de leurs bases. 

A égalité avec Sedan avant le match, Le Mans a dû attendre l'apparition salvatrice mais si régulière de son attaquant norvégien Helstad pour profiter pleinement du faux-pas de son égal. A Metz, face à une formation qui n'a perdu que deux fois lors des dix derniers matches mais lutte toujours en bas de classement, les Manceaux ont été patients. Et ils ont été récompensés, avec le 7e but personnel en championnat du buteur norvégien, qui a donné le sourire à Arnaud Cormier et aux siens à la 82e minute. Cette 7e victoire de la saison permet aux Sarthois de reprendre possession de la première place, que les Tourangeaux pourront leur reprendre lundi s'ils s'imposer contre Boulogne dans la dernière rencontre de cette 14e journée.

Sedan battu, Evian-Thonon et Troyes auraient pu en profiter pour intégrer le trio de tête. Mais ni l'un ni l'autre n'ont réussi à décrocher les trois points. Pour les Savoyards, la venue du Havre se révélait être un beau défi, les Normands pouvant également s'emparer de la troisième place en cas de victoire. Les Havrais y croyaient d'ailleurs pendant sept minutes, après le but de Diallo (33e), mais Farina ramenait les siens à hauteur à la 40e minute. Ce match nul laisse les deux équipes dans une bonne dynamique, mais le promu demeure avec une seule petite victoire à domicile à son compteur. Pour Troyes, le week-end est vraiment terrible. Visités par Istres, avant-dernier de Ligue 2 avant cette journée, les Troyens n'ont pas trouvé le chemin des filets, mais pire encore, ils ont vu les leurs trembler une fois, mais une fois de trop, à la 82e minute grâce à l'oeuvre de Fettouhi. Les Istréens se donnent un bon coup dans l'arrière-train flirter avec la sortie de la zone de relégation.

Châteauroux a bien failli se mordre les doigts lors de cette soirée. Menant (3-1) à la 50e minute, après un but de Cordonnier (3e), Viviani contre son camp (39e) et Dupuis (49e), les Castelroussins voyaient s'envoler la victoire en six minutes après des buts de Turan '56e) et Ravet (62e), qui avaient suivi l'exemple de Cianci (27e). Mais là aussi, à la 80e minute, le sort faisait pencher la balance du côté de la Berrichone, avec un but contre son camp de Marque qui donnait les trois points et la 5e place à l'équipe de Didier Tholot, qui s'est bien remis de son revers contre Tours lundi soir. Nantes effectue également un joli bond en avant après avoir tremblé en fin de match. Vivian (51e) et Rodelin (78e) avaient placé le FCNA sur le chemin d'un septième match consécutif sans défaite, et surtout de la fin de série de 4 nuls consécutifs. Mais Cavalli (85e) redonnait de l'espoir aux Nimois, qui s'inclinaient néanmoins (2-1).