SCO: Prison ferme requise pour Bernard

Publié le , modifié le

Une peine de deux ans de prison ferme a été requise à l'encontre de l'ancien président du SCO d'Angers, Willy Bernard pour un dossier de fraude fiscale impliquant une des sociétés qu'il dirigeait, lundi devant le tribunal correctionnel du Mans. L'affaire a été mise en délibéré au 7 mars.

M. Bernard, déjà condamné par ailleurs, est jugé pour avoir omis de déclarer en 2008 et 2009 quelque 800.000 euros de plus-values dans la revente  e parts de la société AB Fenêtres, dont il était le dirigeant. Un mandat d'arrêt a été requis à l'encontre de l'homme d'affaires de 35 ans, qui vit désormais en Californie et n'était pas présent à l'audience. En mars 2012, dans un volet jumeau de ce dossier, il avait été condamné à  30.000 euros d'amende pour fraude fiscale en correctionnel au Mans, pour 748.000 euros de plus-values non déclarées au fisc en 2006 et 2007, déjà sur des cessions d'actions de AB Fenêtres. Cette société a été liquidée fin 2008.

Commentant les réquisitions du ministère public lundi, l'avocat du prévenu, Aurélien Hamelle, a estimé que "l'acharnement du parquet est incompréhensible". "Il s'agit de la même affaire. Mon client a fait son mea culpa. Il a entièrement régularisé sa situation pour cette première affaire, et pour ce second volet il est en train de rembourser selon un échéancier convenu avec le  fisc", a-t-il assuré à l'AFP. En avril 2013, dans un dossier distinct, la Cour de cassation avait confirmé une condamnation de M. Bernard à deux ans de prison avec sursis, cinq ans d'interdiction de gérer une entreprise et 200.000 euros d'amende pour abus de biens sociaux, notamment dans le cadre de ses fonctions au SCO d'Angers, dont il avait pris les rênes en juin 2006. Willy Bernard avait de revendre le club en novembre 2011, après sa condamnation en première instance.

AFP