Rodez
Rodez célèbre sa montée en Ligue 2 | MaxPPP

National : Rodez valide son billet pour la Ligue 2 et cherche un stade provisoire

Publié le , modifié le

Le Rodez Aveyron Foot, leader de National, a officialisé sa promotion en Ligue 2 après un succès contre Boulogne-Sur-Mer (3-1). Le club va retrouver la deuxième division vingt-cinq ans après. Mais pour évoluer à l'échelon supérieur, les Ruthénois devront trouver une enceinte provisoire, pendant la mise au norme de leur stade Paul-Lignon.

Rodez tient son billet pour la Ligue 2 ! Vainqueur de Boulogne-sur-Mer (3-1) jeudi soir en ouverture de la 30e journée de National, le club aveyronnais va retrouver la deuxième division vingt-cinq ans après. Grâce à des buts de Pierre Bardy (37e), Joris Chougrani (45e+2) et Florian David (65e), les Ruthénois (66 pts) ont pris dix-sept points d'avance sur Laval, troisième. Un matelas suffisant, à quatre journées de la fin du championnat, pour assurer une montée directe. 

Deux saisons en National 

Chambly, 58 points, est favori pour accompagner Rodez dans la division supérieure. Laval (49 pts), Le Mans (44 pts), Cholet (43 pts) et Lyon-Duchère (43 pts) se battent pour la troisième place et un barrage contre le 18e de Ligue 2. Sauvé de la liquidation judiciaire en 2012, notamment grâce à un investissement de Zinedine Zidane, Rodez avait été sacré champion de CFA, aujourd'hui National 2, en 2017. Quatrième pour sa première saison, le club a confirmé cette année son évolution fulgurante et va maintenant accéder au statut professionnel. 

Un stade à trouver

Mais pour débuter à l'échelon supérieur, Rodez va devoir quitter temporairement le Stade Paul-Lignon. Ne répondant pas aux normes de la LFP, l'enceinte va connaître une série de travaux, au moins jusqu'en octobre. Il faut donc une solution de repli. La possibilité du Stadium de Toulouse, à 150 kilomètres, a été étudiée mais représenterait un coût trop important, près de 100 000 euros par match selon Le Parisien. Le quotidien indique que Rodez pourrait alors se diriger vers le Stade Furiani de Bastia, pour un coût de 60 000 euros par match (35 000 de location, 25 000 de transport).

Le spectre de Luzenac

"Montpellier et Istres ne nous ont pas répondu, a expliqué le manager général Grégory Ursule au Parisien. À Albi, il y avait trop de travaux à effectuer. Les Sept-Deniers à Toulouse ne sont pas homologués. On n’a pas demandé à Béziers, actuel pensionnaire de Ligue 2, pour des raisons de déontologie. Il restait donc Gueugnon, mais l’éclairage n’est plus aux normes, et Bastia…" Rodez a encore quelques mois pour trouver son enceinte provisoire et éviter une mésaventure à la Luzenac. Sans stade aux normes, la promotion du club de National avait été bloquée en 2014 par la LFP, entraînant la dissolution de l'équipe première.