Florian Raspentino
Florian Raspentino | DR FC Nantes

Nantes s'en tire bien

Publié le , modifié le

Le FC Nantes s'est imposé 1-0 contre Lens lors du dernier match décalé de la 13e journée, ce lundi à La Beaujoire. Malmenés toute la première période par de fringants Artésiens, les Canaris se sont réveillé en seconde mi-temps, inscrivant un but superbe "à la Gameiro" signé Raspentino (74e). Grâce à ce succès, les Nantais remontent à la 7e place du classement avec 19 points, à 5 points du leader Clermont. Lens reste 18e (13 pts).

Une semaine après sa défaite imméritée à Boulogne, le FC Nantes a disposé du RC Lens qui a pourtant largement dominé la première mi-temps. Les Lensois dominaient pourtant copieusement le début de rencontre. Dès la 5e minute, Zelazny claquait en corner un coup franc excentré de Ben Saada. Les coups de pied arrêtés lensois faisaient passer des frissons dans la défense nantaise: à la fin du premier quart d'heure, Yahia reprenait de la tête un corner de Ben Saada mais Cissokho sauvait sur sa ligne.

Avant que le portier canari sorte un tir puissant de Ben Saada (18e). Nantes était complètement dépassé dans l'envie et l'attaque du ballon et Queudrue manquait d'ouvrir la marque, sa tête passant au dessus de la cage de Zelazny (25e). A la demi-heure de jeu, Cissokho était tout près de tromper son propre gardien en voulant dégager un ballon anodin.

Les joueurs de Landry Chauvin se réveillaient en fin de mi-temps et Djordjevic obligeait Fabre à se détendre sur un tir en pivot (34e). Avant un bel arrêt de Fabre sur un coup franc lointain. Entre temps, les Lensois s'étaient procurés une autre occasion très nette: bien servi par Hazard, Eduardo se faufilait sur la droite de la surface et piquait son ballon devant Zelazny, sans trouver le cadre (37e).

Raspentino délivre les 25 000 spectateurs

L'entame de seconde période était bien meilleure pour les Nantais qui se projetaient enfin vers l'avant et se créaient ainsi quelques occasions (Djordjevic trop court sur un centre de N'Goyi 49e, infiltration dangereuse de Gakpé 52e). A la 56e, Djordjevic décalait Cissokho qui enchaînait contrôle – petit lob osé, mais le ballon passait au dessus du but adverse. Le FC Nantes, poussé par son public, se montrait plutôt entreprenant. Fabre claquait en corner un coup franc vicieux de Trebel, remplacé dans la foulée par Bruno Cheyrou (67e). Nantes ouvrait le score juste avant le dernier quart d'heure: Raspentino, très remuant, récupérait une belle passe de Gakpé à l'entrée de la surface, s'emmenait le ballon de la poitrine et fusillait du gauche Mickaël Fabre, impuissant (1-0, 74e).

Dans la foulée, le gardien lensois sauvait les siens du K.O. sur un tir de Wiltord. Pollet croyait égaliser une minute plus tard mais Monsieur Batta avait logiquement sifflé pour une faute de Eduardo sur Vivian. Dans les arrêts de jeu, Zelazny stoppait une tête de Yahia sur corner. L'arbitre sifflait la fin de match sur cette action et le portier ligérien en profitait pour aller manifester sa joie devant le kop de la tribune Loire, les 25 000 supporters nantais à l'unisson.