FC Nantes, Monaco, Eudeline, Ocampos
Le Nantais Eudeline tacle le Monégasque Ocampos | JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Nantes et Monaco s'en contentent

Publié le , modifié le

Au terme d'un match animé, le leader Monaco et son dauphin Nantes se sont neutralisés à La Beaujoire à l'occasion de la 30e journée de Ligue 2 (1-1). Les Canaris reprennent 3 points d'avance sur Caen, 4e. Les hommes de la Principauté conservent eux leurs 4 points d'avance sur le FCNA en tête du champpionnat.

92e minute de jeu : Nantes obtient un dernier coup-franc sur une faute de Tzavellas. Aristeguieta place une tête qui percute le poteau de Subasic. D'une manchette réflexe le portier monégasque dégage le ballon, évitant une défaite aux visiteurs. Avant cette ultime occasion, le leader de Ligue 2 et son dauphin n'ont pas réussi à se départager. Les Canaris ont ouvert le score par Trébel juste avant la mi-temps mais Veigneau a tout annulé en détournant un centre d'Ocampos dans son but. Entre la meilleure équipe à domicile et son pendant à l'extérieur, ce résultat est finalement logique. Et le spectacle offert a été à la hauteur des attentes.  

Trébel envoie un missile

Le premier quart d'heure est celui des hommes de Claudio Ranieri. Riou doit s'employer pour mettre en échec Medjani (6e), Ferreira-Carrasco (9e) ou encore Germain (13e). Nantes fait beaucoup de fautes et souffre derrière. Mais les locaux se réveillent. A deux occasions, Subasic prend le dessus sur Djordjevic (12e). Gakpé imite son compère de l'attaque en manquant son contrôle au moment de se présenter face au portier croate (19e). Après cette entame folle, le rythme retombe. A la 38e minute, Medjani enlève le ballon de la tête de Djilobodji visé par Trébel sur coup franc. Le petit ailier ne s'en laisse pas compter et se révèle décisif. A la 43e minute, il allume un pétard du gauche qui fait poteau rentrant (1-0). Les 36.300 spectateurs de La Beaujoire exultent.

Piqué au vif, l'ASM revient fort. Ocampos et Germain ne parviennent pas à cadrer sur des ballons mal renvoyés par une friable arrière-garde nantaise (50e, 58e). Ce n'est que partie remise pour les joueurs de la Principauté. Sur un centre de Carrasco, Ocampos hérite du cuir au second poteau. L'Argentin fait perdre la tête à Veigneau qui marque contre son camp (61e). Cette égalisation crée de la tension sur la pelouse. Superbement servi dans la profondeur par un Touré omniprésent, Djordjevic perd à nouveau son duel avec Subasic (70e). Avant cette 92e minute maudite pour les locaux, le match s'est équilibré. 

Monaco y est presque

Si les troupes de Der Zakarian peuvent s'en mordre les doigts, elles gardent leurs distances avec le 4e, Caen (3 points), accroché hier soir. Quant aux protégés de Ranieri, ils enchaînent un 8e match sans défaite en championnat et possèdent 7 points d'avance sur les Normands. A huit journées de la fin, ça sent la Ligue 1 sur le Rocher. 

 

Michel Der Zakarian (entraîneur de  Nantes): "Cela  a été un bon match, avec du rythme. On prend ce but un peu foireux, c'est  dommage de perdre deux points comme ça (...). C'est magnifique de jouer dans une ambiance comme ça. C'est pour ce genre de  match qu'on fait ce métier. J'espère que le public sera aussi nombreux jusqu'à  la fin de la saison pour nous aider à monter. On est toujours devant (2e), on  ne va rien lâcher. Il nous reste huit matches, dont le derby important à Angers  lors de la prochaine journée."

Claudio Ranieri (entraîneur de Monaco): "On aurait mérité de marquer dans  les 15 premières minutes. Cela a été un bon match entre deux équipes qui  voulaient gagner, mais pour nous, le nul est un bon résultat. Il fallait  surtout ne pas perdre, on maintient l'écart avec nos poursuivants. Nantes a  joué en contre, Gakpé nous a posé beaucoup de problèmes en jouant entre les  lignes. C'est une des meilleures équipes que nous ayons joué, compacte, qui  joue direct et profite de la moindre erreur de l'adversaire. C'est plus une  équipe italienne que française, et vous savez que j'apprécie le football  italien !

Jerome Carrere