Filip Djordjevic
La joie de Filip Djordjevic | CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Nantes et Guingamp, un dernier effort et la Ligue 1

Publié le , modifié le

Tous deux victorieux le weekend dernier (succès 1-0 pour le FC Nantes et balade 7-0 pour l’EA Guingamp), les deux grands candidats à la remontée dans l’élite du football français ont leur destin entre leurs mains, ce soir lors de la 37e et avant-dernière journée de Ligue 2. Trois points, et c’est la première division assurée. Un nul ou une défaite, et les derniers outsiders (Angers, voire Caen et Dijon) peuvent leur mettre la pression jusqu’à l’ultime rencontre de la saison.

Quatre ans après sa deuxième relégation, le FC Nantes est à 90 minutes de la libération. Dans son antre de la Beaujoire, qui affichera comble, le club ne calculera pas. Avec 5 points d’avance sur Angers, les Canaris ont simplement besoin d’une victoire pour s’assurer la remontée, quels que soient les résultats de leurs poursuivants. Face à Sedan, avant-dernier du championnat qui n’a plus gagné à l’extérieur depuis cinq mois et déjà assuré de descendre en National, les hommes de Michel Der Zakarian espèrent bien ne pas retarder l’échéance, et n’ont pour cela qu’un mot d’ordre : la prudence. « Rien n’est fait. Il faut gagner Sedan, il faut encore gagner un match. Il faut être concentré, réaliste, bien défendre », explique l’entraîneur du FCN.

L’euphorie, un danger

Un avis partagé par son portier Rémi Riou, décisif pour son arrêt sur le penalty caennais lundi dernier. « Ce n’est pas encore acquis », prévient-il. «  Il y a beaucoup d’euphorie, il faut faire attention ». Pas d’excitation abusive, donc, pour un match de la montée qu’il ne faut pas gâcher. Jusqu’au bout. « On peut vivre une belle soirée qui peut se transformer en apothéose, l’année des 70  ans du club, mais je demande en premier lieu au public de ne surtout pas envahir la pelouse, même en cas de succès et de montée », prévient le directeur des opérations du FCN qui veut éviter toute sanction de la Commission de la discipline. Avec ou sans amende donc, la fête des Canaris s’annonce belle. 

Tout comme Nantes, l’En Avant Guingamp peut se contenter d’un nul pour garantir sa place en Ligue 1, si et seulement si Angers ne s’impose pas contre Tours. Face à la lanterne rouge, le Gazélec Ajaccio déjà relégué, le club breton débarque en Corse sur une énorme dynamique après leur large victoire (7-0) contre Lens la semaine dernière, et ne devrait pas être inquiété. A moins d’un miracle donc, ni le SCO (à 4 points de l’EAG et 5 points de Nantes), ni Caen et Dijon (à 5 et 6 points des prétendants à la montée) ne parviendront à refaire leur retard.

Laval, Le Mans ou Niort ?

Dans le bas de tableau, trois équipes sont encore menacées par la 18e place synonyme de descente en National. Retombés dans la zone rouge il y a une semaine, les Lavallois (18e, 36 points) effectuent un périlleux déplacement au Havre, tout comme Le Mans (17e, 37 points) chez le leader monégasque. Les mieux lotis sont encore les Chamois Niortais (16e, 38 points), qui possèdent le moins mauvais goal average et peuvent donc prendre le large en cas de succès à domicile contre Nîmes.

37e journée de Ligue 2 :

Vendredi 17 mai, 20h30

Angers SCO – Tours FC
AJ Auxerre – Clermont Foot
Châteauroux – SM Caen
Dijon FCO – AC Arles Avignon
GFC Ajaccio – EA Guingamp
Havre AC – Stade Lavallois
RC Lens – FC Istres
AS Monaco FC – Le Mans FC
FC Nantes – CS Sedan
Chamois Niortais – Nîmes Olympique