Metz - Paris FC
Le Parisien Théo Pellenard face au Messin Candeias | Maxppp - Pascal Brocard

Metz ne lâche rien

Publié le , modifié le

Metz s'est imposé vendredi sur sa pelouse de Saint-Symphorien contre le Paris FC, lors de la 13e journée de Ligue 2, prenant seul la tête au classement avec trois points d'avance sur Dijon et Nancy. Avec 26 points, Metz oblige donc Dijon, contre Brest samedi, et Nancy à Lens lundi, à l'emporter pour suivre le rythme dans la lutte pour la 1re place de L2. Derrière ce trio, Le Havre, qui a enchaîné une troisième victoire de rang vendredi à Tours (1-0) a réalisé la bonne opération de la soirée.

La partie avait très bien débuté pour les hommes de l'entraîneur José Riga, ultra dominateurs en première période: sur un centre de Yeni Ngbakoto à la 11e  minute, le défenseur parisien Sébastien Cantini déviait involontairement la  trajectoire, lobant son gardien impuissant. Le même Ngbakoto a repris de volée une belle ouverture dans la profondeur  pour redonner l'avantage à Metz juste avant la pause (45e), alors que Romain  Grange avait égalisé (17e) pour le PFC. Il ne restait plus qu'à gérer cette avance, malgré quelques frayeurs en fin de  partie, pour confirmer le regain de forme (deux victoires consécutives et  quatrième match sans défaite) de la formation lorraine qui n'a pas quitté les trois premières places au classement depuis la 3e journée.

Le Havre a profité des défaites conjuguées de Clermont sur la pelouse du Red Star (2-1),  de Créteil à domicile contre Nîmes (2-1) et d'Evian/Thonon à Sochaux (1-0) pour  prendre provisoirement la 4e place au classement, avant le match du surprenant  promu Bourg-en-Bresse samedi contre Auxerre. Le changement d'entraîneur, avec l'arrivée de Christophe  Revault pour remplacer Thierry Goudet le 28 septembre, a donc fait un bien fou,  puisque le HAC n'a plus perdu depuis.

Christian Grégoire