Frédéric Thiriez
Frédéric Thiriez, ancien président de la Ligue | ERIC PIERMONT / AFP

Matches "truqués": la Ligue ouvre une enquête

Publié le , modifié le

La commission de discipline de la Ligue de football professionnel a décidé de se "saisir du dossier concernant les soupçons de matchs truqués" de Nîmes en Ligue 2 la saison passée, "au vu de la gravité des faits" a-t-elle annoncé jeudi. Le président de ladite commission n'a pas donné plus de précision s'en tenant au communiqué dans lequel il est précisé qu'elle "désignera ultérieurement un instructeur en charge de mener ce dossier".

Deux jours plus tôt après les premières informations, le président de la ligue Frédéric Thiriez s'était exprimé: " Si ces soupçons sont avérés, il s’agit d’une affaire extrêmement grave pour le football dans son ensemble, pour la LFP, organisatrice du championnat et pour moi-même, à titre personnel, car j’ai toujours placé l’éthique et l’intégrité du football au cœur de mon action. Le football professionnel a beaucoup fait en matière de lutte contre la corruption, le blanchiment d’argent et les paris truqués...La corruption, ou même le simple soupçon de corruption ou de trucage sont un poison mortel pour le sport en général et le foot en particulier. A quoi servons nous si le public, les fans, les supporters n’ont plus confiance dans la sincérité des résultats ! Je souhaite donc que la police et la justice fassent toute la lumière sur cette affaire...Bien évidemment, la LFP et la FFF se constitueront partie civile pour défendre l’honneur du football. Et si des faits de corruption, de trucage, d’arrangements ou même de simples tentatives sont avérés, les instances de la LFP prendront les sanctions disciplinaires ou administratives, individuelles ou collectives, qui s’imposent avec la plus grande fermeté.

L'UCPF circonspecte

Du côté de l'Union des clubs professionnels, réunis à Paris, on se montre un peu plus circonspect, en montrant du doigt avant tout les méthodes des enquêteurs. Le Président de l'UCPF Jean-Pierre Louvel regrette que l'on "cloue au pilori des personnes qui servent le football...Ceux qui ont eu des responsabilités de président dans le foot savent qu'il ne sert à rien de dire "ce serait bien qu'on fasse un nul", ou "il faut que je prenne les trois points" ou "il faut que tu me laisses les trois points...Même si ça fait partie parfois de la rigolade entre nous....Toutefois, Louvel a tout de même tenu à préciser que l'UCPF serait "intransigeante si des personnes ont fauté".

Christian Grégoire