Luzenac
Des joueurs de Luzenac célèbraient la montée | www.luzenac-ap.fr

Luzenac accède à la Ligue 2

Publié le , modifié le

Luzenac, sous la conduite du champion du monde Fabien Barthez, est devenu vendredi soir le plus petit club à jamais accéder à la Ligue 2 grâce à sa victoire sur Boulogne-sur-Mer (1-0) lors de la 29e journée du National.

Avec le succès sur Boulogne, les bleus et rouges au maillot frappé d'un  isard (le chamois pyrénéen) comptent 59 points, soit 16 d'avance sur le 4e, le  Red Star, à cinq journées de la fin du championnat et réalisent le rêve d'un  village de 650 habitants qui se signalait jusqu'alors par la plus grande  carrière de talc au monde. Cinq ans après l'accession au National, c'est aussi un nouveau et lourd  défi à relever pour un club dont le budget était de 2,5 millions d'euros cette  année.

Le Luzenac Ariège Pyrénées (LAP) se partage aujourd'hui entre trois sites et deux départements. Le siège social se trouve à Luzenac même. Mais, faute de terrain et  d'installations, les joueurs s'entraînent à Castelmaurou (Haute-Garonne), dans  la banlieue de Toulouse. Le club dispose aussi de bureaux dans le centre de la  capitale régionale. Et le LAP a disputé cette saison tous ses matches au stade  Jean-Noël-Fondère de Foix (3000 places), à près de 100 km de son centre  d'entraînement et plus de 35 km de son siège historique.

L'enceinte de Foix n'est pas homologuée pour accueillir des rencontres de  L2 et d'importants et potentiellement coûteux travaux seraient nécessaires pour  mettre le stade aux normes de la Ligue de football professionnel (LFP). Aucune  dérogation n'est possible, admet-on au LAP. Le seul stade de la région homologué par la LFP est le Stadium de Toulouse,  où joue aussi le TFC. Le club ignore encore s'il jouera la saison prochaine à Foix, à Toulouse ou ailleurs.

Le club ne dispose pas non plus de centre de formation, mais dispose de  deux ans pour en construire un s'il se maintient en L2 la saison prochaine. La montée en L2 est l'oeuvre des joueurs, de leur entraîneur Christophe  Pelissier mais aussi de Fabien Barthez, champion du monde 1998. Quand le promoteur immobilier toulousain Jérôme Ducros a repris le LAP en  difficulté financière en 2011, il a invité Barthez, natif de Lavelanet  (Ariège), à le rejoindre.

D'abord président d'honneur, l'ancien gardien des Bleus a ensuite pris la  direction générale du club, conduit l'effort de professionnalisation, monté le staff médical et participé au recrutement de certains joueurs. Fondé en 1936 sous le nom d'Union sportive des Talcs de Luzenac, le club a  bénéficié du mécénat de l'usine de talc jusqu'en 1995.

AFP