Lorient en L1, "une joie mesurée" pour son entraîneur Christophe Pélissier

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Christophe Pélissier est l'entraîneur du FC Lorient depuis le début de la saison
Christophe Pélissier est l'entraîneur du FC Lorient depuis le début de la saison | Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Suite à la confirmation par la LFP de la fin de la saison 2019-2020 de football, le FC Lorient a été désigné champion de Ligue 2 pour la première fois de son histoire. Le club breton retrouvera donc la Ligue 1 trois ans après avoir été relégué à l'issue de la saison 2016-2017. Christophe Pélissier, entraîneur du FC Lorient, a su répondre aux attentes de ses dirigeants dès sa première saison au club. Malgré son premier titre au niveau professionnel, le coach lorientais soutient qu'il s'agit d'une "joie mesurée".

Quelle est votre réaction à la suite de la décision de la LFP qui entérine le sacre de Lorient, champion de Ligue 2 ?
Christophe Pélissier :
"Il y a de la joie forcément, mais elle est mesurée parce que j'estime qu'avec la situation que nous vivons actuellement, cette pandémie, je crois que ça atténue le bonheur d'une promotion. Ces montées-là, on a toujours un plaisir à les vivre sur le terrain, en communion avec tous les supporters, plutôt que sur un smartphone. Donc ce n'est pas forcément évident."

Pensez-vous que ce titre de champion est mérité, alors qu'il restait encore dix journées à jouer ?
CP :
"Dans la mesure où les instances ont décidé d'arrêter le championnat à la 28e journée, et que nous avons été 21 fois leader (22 fois en réalité, ndlr), avec la meilleure attaque et les meilleures statistiques, je considère que oui, ce titre de champion est mérité."

Pour le FC Lorient, retrouver la Ligue 1 trois ans après la descente, c'est forcément une grande nouvelle ?
CP :
"Remonter le club en Ligue 1, c'était l'objectif qui m'était assigné, donc c'est un très grand plaisir. C'est un plaisir aussi pour le club, pour les dirigeants, les joueurs, le staff et les supporters. Mais aussi un plaisir personnel donc, parce que j'avais fait le choix de quitter la Ligue 1 (il était entraîneur d'Amiens depuis 2015, ndlr) pour venir à Lorient et porter ce projet."

C'est votre premier titre en tant qu'entraîneur au niveau professionnel. Comment le vivez-vous ?
CP :
"Depuis 2015 et mon arrivée à Amiens, j'ai fait quatre montées mais à chaque fois en terminant deuxième et pas premier. Mais cette montée a une connotation particulière, en raison des circonstances, avec une joie mesurée. mais c'est quand même un titre de champion et une promotion."

"Les joueurs m'attendent en visioconférence pour boire une petite coupe de champagne"

Comment allez-vous fêter ce titre de champion ?
CP :
"Eh bien justement, les joueurs m'attendent en visioconférence pour boire une petite coupe de champagne afin de fêter ça entre nous. On s'est donné rendez-vous avec le staff, la direction, le président et les joueurs. C'est une autre manière de fêter ça (rires)."

Quel va être le programme des mois à venir, comment préparer la saison prochaine ?
CP :
"D'abord, on va laisser passer le week-end, on va fêter ça et on verra tous ensemble lundi. Mais on ne va pas laisser les joueurs quatre mois sans rien faire. Il va falloir étudier les dernières réglementations pour savoir quand vont reprendre les entraînements collectifs et voir quand sera prévu le début du championnat pour caler une reprise."

à voir aussi Barrages, Coupes nationales, saison prochaine : ce qu'il faut retenir des décisions de la LFP Barrages, Coupes nationales, saison prochaine : ce qu'il faut retenir des décisions de la LFP

Avec cette promotion, vous êtes automatiquement prolongé jusqu'en 2024. C'est une autre bonne nouvelle ?
CP :
"En effet, j'avais signé trois ans plus deux ans en cas de promotion. J'ai la chance d'avoir réussi à monter dès la première année, et donc il me reste un long bail avec Lorient. J'en suis très heureux. J'aborde la suite avec sérénité, dans un club qui travaille très bien où il y a une très bonne entente."

Dans le même temps, votre ancien club, Amiens, fait le chemin inverse et est relégué en Ligue 2. Avez-vous une pensée pour eux ?
CP :
"Oui, forcément, parce que j'ai passé quatre années fabuleuses à Amiens, avec une réussite sportive et une expérience humaine fantastique. Donc forcément, je suis attristé et je pense à eux dans ce moment difficile."