René Girard
L'entraîneur du Paris FC René Girard | MaxPPP - Lionel Vadam

L'incroyable maintien du Paris FC en Ligue 2

Publié le , modifié le

Sans le savoir sur le moment et dans l’attente de la décision finale de la LFP concernant le format du prochain championnat de Ligue 2, le Paris FC aura frôlé la correctionnelle lors de la 28ème journée, évitant de justesse la descente en National. L’entraîneur René Girard et le gardien Vincent Demarconnay reviennent sur cette journée particulière, la dernière disputée avant l’arrêt définitif du championnat en raison du Covid-19, au cours de laquelle le club parisien sera vraiment passé par tous les états.

"Finalement, en y repensant, notre maintien ne s’est vraiment pas joué à grand chose!" lâche d’emblée Vincent Demarconnay, gardien emblématique du Paris FC. "Avec le recul, c’est vrai qu’on a eu chaud !" renchérit son entraîneur René Girard, soulagé. Retour sur cette 28ème, et finalement dernière journée du championnat qui a failli coûter sa place en Ligue 2 au deuxième club parisien, à la lutte avec Niort et Le Mans pour le maintien. 

En arrivant à Troyes, le Paris FC est premier non-relégable  

Troyes-Paris FC, 28ème journée. Ce vendredi 6 mars est en théorie un vendredi comme les autres pour les pensionnaires de Ligue 2. Après ce match, normalement, il en restera encore dix avant de connaître le verdict du championnat. Autant dire que les clubs concernés par la montée et la descente entament tout juste le sprint final et commencent à peine à apercevoir la ligne d’arrivée. "C’est vrai qu’on s’est rendu à Troyes sans pression particulière, avec l’envie de faire un bon match mais en se disant que quoiqu’il arrive, il y aura encore de la place pour assurer le maintien après" avoue René Girard, successeur de Mecha Bazdarevic sur le banc parisien depuis la trêve hivernale.

"Certes, on n’était que 17ème au classement mais le club était sur une bonne dynamique depuis début janvier, on avait bon espoir de s’en sortir", ajoute le technicien, champion de France de L1 avec Montpellier en 2012. Preuve de cette confiance retrouvée: le penalty repoussé par Vincent Demarconnay à la 14ème minute. "Sur ce coup-là, j’ai été bien inspiré!" confie avec le recul le gardien, qui ne peut rien en revanche quelques minutes plus tard sur la reprise pleine lucarne du Troyen Tchimbembé (21ème). Mais le club parisien ne met qu’un gros quart d’heure à égaliser par son défenseur central Ousmane Kanté (38ème). Sur les autres terrains, les scores n’ont pas bougé. Le Paris FC est toujours en dehors de la zone rouge. 

40ème minute: Le Paris FC est barragiste

Tout se complique deux minutes plus tard. À Niort, le buteur-maison Ibrahim Sissoko a frappé et marqué. Les Chamois ouvrent la marque face à Nancy et précèdent désormais au classement les Parisiens, barragistes, à la différence de buts. 

44ème minute: Le Paris FC est relégable 

Encore un coup dur pour Paris: à Chambly, Moussiti-Oko donne l’avantage aux Manceaux. À cet instant, Niort, Le Mans et le Paris FC comptent tous trois 28 points au classement mais les joueurs de René Girard se retrouvent virtuellement 19ème à la différence de buts et c’est en position de relégables qu’ils regagnent les vestiaires à la pause. "On est resté focus sur notre match" explique Vincent Demarconnay. "On n’a pas cherché à connaître les autres scores. Évidemment il n’en aurait pas été de même si ça avait été la 38ème journée ! On aurait interrogé le staff ou les dirigeants pour avoir des infos."

76ème minute: Le Paris FC redevient barragiste

Après plus d’une demi-heure passée virtuellement en National, le Paris FC s’offre un premier répit, par procuration. Mené 0-1 puis 0-2 sur sa pelouse par Le Mans, Chambly se reprend et finit même par égaliser! "On peut vraiment dire merci aux Camblysiens qui se sont pourtant retrouvés réduits à dix très tôt dans le match" glisse Vincent Demarconnay, qui s’est depuis refait le film de cette folle soirée. Pendant ce temps-là, le Paris FC tient toujours tête à Troyes (1-1) et redevient barragiste.

80ème minute: Le Paris FC assure son maintien en Ligue 2 !  

Les bonnes nouvelles se succèdent pour le Paris FC en cette fin de soirée. À Niort, Nancy vient d’égaliser (1-1). En préservant le point du match nul à Troyes, les Parisiens retrouvent donc leur place de premiers non-relégables, celle qu’ils occupaient en arrivant dans l’Aube. "Mais les dernières minutes ont été pénibles. Je me souviens d’un coup-franc pour Troyes à l’entrée de la surface dans le temps additionnel alors qu’on est en infériorité numérique. Sincèrement, on s’en sort bien !" confesse après coup Vincent Demarconnay. À 21h55, coup de sifflet final sur tous les terrains: Niort et Le Mans n’ayant pas réussi à l’emporter, le Paris FC vient sans le savoir de sauver sa place en Ligue 2 et son entraîneur René Girard de prolonger son contrat avec le club parisien, "automatique en cas de maintien !"

Car le Covid-19 se chargera de figer définitivement le classement. "Si un tel scénario s’était produit à la 38ème et véritable dernière journée, on en aurait parlé pendant des jours!" s’enthousiasme Vincent Demarconnay avant d’ajouter: "Heureusement que les scores de la mi-temps ne sont pas restés en l’état car devoir descendre à la différence de buts, cela aurait été frustrant et très difficile à accepter. C’est vrai que c’est fou ce qu’il s’est passé, en y repensant" conclut René Girard, redescendu dans son Gard natal depuis le début du confinement. "Je pensais avoir tout vu dans ma carrière: des matches interrompus en raison d’envahissements de terrains, reportés à cause de la neige, ou à huis-clos... Mais un championnat entier qui s’arrête avant la fin et qui ne reprend pas, ça, jamais je n’aurais pu l’imaginer !"

Manu Roux ManuRouxJO