Ligue 2 : Troyes racheté par le City Football Group, qui détient Manchester City

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
L'ESTAC, nouveau club du City Football Group
L'ESTAC, nouveau club du City Football Group | Matthieu Mirville / DPPI via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Pensionnaire de Ligue 2, l'ESTAC a officiellement été racheté ce jeudi par le City Football Group (CFG), une multinationale qui possède déjà neuf clubs à travers le monde, dont le mastodonte anglais Manchester City. En rejoignant cet immense groupe aux fonds quasi illimités, le club de Troyes pourrait se montrer ambitieux et bénéficier de partenariats entre les différents clubs qui composent le CFG.

Cela faisait déjà plusieurs mois que le City Football Group s'intéressait de près aux clubs français. Après avoir sondé les propriétaires de Toulouse et avoir été très proche d'acquérir l'AS Nancy Lorraine, c'est finalement dans l'Aube que cette multinationale du football pose ses valises. "Le CFG deviendra le nouvel actionnaire majoritaire de l'ESTAC, après avoir racheté les actions détenues par l'ancien propriétaire Daniel Masoni", peut-on lire dans le communiqué publié par le club ce jeudi, après validation du rachat par la DNCG.

Arrivé à l'été 2009, Daniel Masoni quitte donc Troyes et laisse la place au City Football Group, un "profil d'investisseur que je souhaitais pour assurer une évolution significative du club, bénéficiant de bases saines et solides si bien économiquement que structurellement", a assuré le désormais ex-président de l'ESTAC. Avec le club de Troyes, le City Football Group investit dans son dixième club et affirme sa présence sur plusieurs continents.

Un changement de nom indispensable ?

Manchester City en Angleterre, New York City FC aux États-Unis, Melbourne City FC en Australie, Yokohama Marinos au Japon, Montevideo City Torque en Uruguay, Girona FC en Espagne, Sichuan Jiuniu FC en Chine, Mumbai City FC en Inde et tout récemment, Lommel SK en Belgique. Fort du soutien d'Abu Dhabi, qui offre des moyens illimités à Manchester City et un soutien financier important à tous ces clubs, le CFG impose la plupart du temps à ses filiales un changement de nom. À voir si l'ESTAC passera par cette étape, même si Daniel Masoni précise dans le communiqué que "le groupe affiche beaucoup de respect vis-à-vis du passé" du club.

à voir aussi Manchester City sauvé par le TAS, le City Football Group respire Manchester City sauvé par le TAS, le City Football Group respire

Pour l'ESTAC mais également pour la ville, ce rachat pourrait être très bénéfique. Les liens entre les clubs du groupe sont très importants et Troyes pourrait rapidement viser la Ligue 1, tout en bénéficiant de prêts de jeunes joueurs prometteurs évoluant à Manchester City. Le City Football Group est également réputé pour investir dans les villes où il s'implante, comme l'explique Daniel Masoni : "Le groupe connaît l'importance de l'implantation locale des clubs dans lesquels il investit et il s'agit là d'un nouvel atout pour nos partenaires économiques, sponsors et partenaires officiels, mais aussi pour les collectivités qui l'accompagnent".

Erick Mombaerts à l'ESTAC ?

Entraîneur du Melbourne City FC jusque-là, Érick Mombaerts a démissionné de ses fonctions la nuit dernière et est pressenti pour rejoindre l'ESTAC, dans un rôle encore à déterminer. "Bien que comblé sportivement, je ne supporte plus les conditions drastiques à Melbourne (où un confinement a encore lieu, ndlr) et les difficultés que cela engendre d'un point de vue familial et sportif. C'est la raison essentielle qui me conduit à stopper cette aventure en accord avec City Group. Nous verrons par la suite avec eux quel sera mon avenir. Mais une chose est certaine, ce sera au sein du City Group en France ou ailleurs, si les conditions sanitaires le permettent", nous a indiqué l'ancien entraîneur des Espoirs.

Le poste de Laurent Batlles, actuel entraîneur de l'ESTAC, ne semble donc pas menacé. Actuellement 9e de Ligue 2 avec une victoire et une défaite en ce début de saison, Troyes va donc vivre une révolution dans les prochaines semaines et les prochains mois, qui pourrait l'amener aux portes de la Ligue 1 et faire du club de l'Aube un nouvel ambitieux du championnat de France.