Le Stade de Reims
Les Rémois Florent Ghisolfi (de face) et Odair Fortes (de dos) | MAXPPP - PHOTOPQR-L'UNION DE REIMS-Christian LANTENOIS

Le podium en ligne de mire

Publié le , modifié le

La 33e journée de Ligue 2 sera marquée vendredi par un derby au sommet entre Reims et Troyes, à égalité de point derrière le leader bastiais. Le Havre, premier non-relégable, luttera pour sa survie sur la pelouse d'une équipe de Monaco qui n'en finit plus de poursuivre sa formidable remontée. De son côté, Nantes, à nouveau dans la course au podium, devra l'emporter à Laval pour conserver l'espoir d'une accession en Ligue 1.

En chutant la semaine dernière à Nantes (2-0), Reims a manqué l'occasion de prendre un peu de marge sur ses concurrents à la montée dans l'élite, à commencer par Troyes, leur adversaire du soir, que les Rémois ne devancent qu'à la différence de but. A défaut d'être décisif, ce derby pourrait donc s'avérer déterminant. Car si le titre semble promis à Bastia, leader avec onze points d'avance, derrière, les candidats à la montée ne lâchent rien. Clermont (4e) n'est qu'à deux longueurs et Sedan (5e) accuse trois points de retard. La motivation devrait être au plus haut. "Dans un derby, on parle d'abord de suprématie régionale", affirme le Brésilien Rincon, défenseur à Troyes. "Nous, les joueurs, y sommes sensibles même si nous ne sommes pas originaires de ces villes."

Simone : "Le maintien? C'est possible"

Candidat à la montée en début de saison, Le Havre lutte aujourd'hui pour ne pas descendre. Avec une victoire en 14 matches, l'équipe de Cédric Daury doit impérativement réagir face à Monaco (10e), impérial depuis cet hiver après six mois chaotiques et une place de lanterne rouge. Un redressement spectaculaire, qui donne des idées au club de la principauté. "Mathématiquement, la montée reste jouable", souligne Marco Simone, l'entraineur monégasque. "Je pense que c'est possible. Je joue pour gagner tous les matches, pour remporter des titres. Mais il ne faut pas avoir la mémoire courte."

Nantes s'autorise à rêver

Nantes non plus n'a pas dit son dernier mot. En venant à bout de Reims lors de la dernière journée de championnat, les Canaris, revenus à six longueurs du podium, se sont relancés dans la course au maintien. "Il ne faut pas que ça devienne de l'euphorie ou de l'optimisme total, comme on a pu le vivre par le passé", nuance Rudy Riou, le gardien nantais. "C'est bien de rêver, mais il faut rester réaliste et se fixer des objectifs match après match." En face, Laval (14e), battu par Guingamp la semaine dernière, a vu les relégables revenir à trois longueurs et verrait d'un bon œil une victoire en terre nantaise qui lui donnerait un peu d'air.

Dans le même temps, Sedan (5e), l'autre prétendant à la montée, devra négocier un déplacement compliqué sur le terrain d'Arles-Avignon, invaincu depuis quatorze matches (6 victoires et 8 nuls). Lens (11e) peut profiter de la réception de Metz (18e) pour assurer son maintien, tandis que Le Mans (16e) affronte Angers (15e) dans un duel des mal-classés. 

Victor Patenôtre