Le Mans ne peut plus payer ses salariés
Le Président du Mans, Henri Legarda | JEAN FRANCOIS MONIER / AFP

Le Mans FC va peut-être s'en sortir

Publié le , modifié le

Les actionnaires du Mans (Ligue 2), menacé de dépôt de bilan, et les investisseurs intéressés par sa reprise ont "dégagé les bases d'un accord possible" qui doit être finalisé mercredi, a annoncé le club ce mardi soir dans un communiqué.

"A l'issue du conseil d'administration du club en présence de l'ensemble  des administrateurs et au cours duquel Monsieur le maire du Mans a été invité à  intervenir, l'ensemble des parties présentes ont dégagé les bases d'un accord  possible impliquant la tenue d'une réunion de finalisation qui se déroulera  demain mercredi 10 avril", explique le communiqué publié à 22h00, soit quatre  heures après le début d'un conseil d'administration présenté comme décisif.

Le président et actionnaire majoritaire Henri Legarda avait accepté le 27  mars dernier de céder ses parts pour un euro symbolique aux futurs repreneurs,  mais les discussions traînaient depuis. Les actionnaires actuels attendaient en effet un engagement clair de  l'homme d'affaires Claude Hervé, qui pilote le dossier de reprise, refusant de  lui signer une promesse de vente, avait indiqué lundi une source proche du  dossier à l'AFP.

"Un accord possible"

M. Legarda avait ainsi demandé dimanche à M. Hervé "d'indiquer clairement  si lui-même ou les investisseurs, qu'il déclare avoir trouvés, sont prêts à  mettre les moyens de nature à assurer la pérennité du club". M. Legarda semble ignorer que le club vit déjà depuis quelques temps sous  perfusion et que certaines factures n'ont pu être réglées que grâce à  l'intervention de mes partenaires", avait répliqué lundi M. Hervé.

Ce dernier avait aussi réévalué à 14,6 millions d'euros le déficit du club  en fin de saison, soit près du double du chiffre annoncé par les dirigeants, et  indiqué que les futurs repreneurs - le groupe multinational Veolia et des  investisseurs locaux - devaient élargir leur tour de table puisque la somme  qu'ils étaient prêts à investir (5 M EUR) ne suffisait pas à couvrir le passif. Le Mans, 18e de L2, aurait besoin de près d'un million d'euros par mois  pour finir la saison, avait précisé à l'AFP une source proche du dossier .

AFP