Le Mans Helstad joie 032011
La joie mancelle après un but d'Helstad | Le Mans FC

Le Mans dans un fauteuil ?

Publié le , modifié le

Après la victoire, vendredi, du Havre face à Boulogne (2-0) et le nul d'Evian face à Clermont (1-1), Le Mans a l'occasion de reprendre les commandes, lundi soir, en match de clôture de la 27e journée de Ligue 2. Opposés à des Nîmois qui restent sur six revers de rang, les Sarthois ont les moyens de faire oublier leur défaite de la semaine passée à Dijon (3-2) et ainsi prendre deux longueurs d'avance sur leurs principaux poursuivants.

Après l’échec d’Evian à domicile contre Clermont et avec les défaites d’Ajaccio, du FC Tours et de Sedan, Le Mans peut, face à Nîmes, reprendre la tête de la Ligue 2 et même prendre deux points d’avance sur un duo composé d’Evian Thonon et du Havre. Une occasion qui, au vu du bilan de l'adversaire du jour, semble amenée sur un plateau d'argent. Le Nîmes Olympique est en effet en grande difficulté puisque les Gardois n’ont plus gagné depuis plus de 2 mois et demi. En 2011, ils n’ont toujours pas connu la moindre victoire et restent sur une série de 6 défaites consécutives, dont 3 défaites à domicile contre Boulogne sur Mer, Dijon et Clermont. Ce passage à vide a fait chuter les Nîmois dans la zone de relégation avec désormais 3 points de retard sur le FC Metz, 17ème.

A l'inverse, Le Mans est invaincu dans son nouveau stade où Thorstein Helstad (15 buts) et consorts ont enregistré deux succès contre Ajaccio (3-0) et Grenoble (1-0) et un nul face à Sedan (1-1).  A noter également qu'à l’aller, les Manceaux s’étaient imposés au Stade des Costières de Nîmes, sur le score de 2 buts à 0. La saison passée, la situation avait également tourné en faveur des Sarthois, puisqu’ils avaient battu les Nîmois, 3-0, en 16ème de finale de la Coupe de la Ligue. Mais après une petite baisse de régime (trois matches consécutifs sans victoire), Le Mans aurait tort de croire la partie gagnée d'avance car les Crocodiles, acculés, pourraient bien retrouver ... un peu de mordant.

Isabelle Trancoën