Mickaël Landreau
Mickaël Landreau, le coach du FC Lorient | STEPHANE ALLAMAN / DPPI

Le Lorient Express roule sur Châteauroux, Nîmes et Nancy dos à dos

Publié le , modifié le

Les Merlus ont logiquement dominé les Castelroussins (3-0) à l’occasion d’un match décalé de la 3e journée de Ligue 2, ce lundi, au stade Yves-Allainmat. Les Lorientais de Mickaël Landreau ont d’abord buté sur la défense adverse avant de trouver la faille à trois reprises en moins de dix minutes grâce à Cabot (51e), Bouanga (57e) et Conté (60e). Au classement, le FCL remonte dans le groupe des poursuivants (5e ex aequo avec 5 points) tandis que le club de l’Indre reste scotché dans la seconde partie du tableau avec trois points. De bon augure pour les Bretons avant le choc face à Reims vendredi prochain. Dans l’ultime rencontre de la soirée, Nîmes et Nancy se sont neutralisés aux Costières (0-0°. Les Lorrains ont raté un penalty (tir de Dembele sur la barre transversale, 78e). Les Crocodiles stagnent en milieu de classement tandis que Nancy sort de la zone rouge (17e avec 2 points).

Lorient, qui ambitionne de retrouver l'élite un an après sa relégation, a lancé sa saison en écrasant le promu Châteauroux (3-0) après deux nuls inauguraux. Six jours après s'être qualifiés dans la douleur pour le 2e tour de la Coupe de la ligue à Laval (N1), les Merlus confirment leur montée en puissance. Une bonne idée car le calendrier leur promet une suite difficile, avec des chocs contre deux autres gros, Reims et Lens, et un déplacement à Clermont, invaincu, vendredi. 

Pointés du doigts pour leur inefficacité offensive lors des deux premières rencontres, les hommes de Mickaël Landreau ont répondu à leurs détracteurs au cours d'une seconde période pleine. L'attaquant Jimmy Cabot a réveillé le Moustoir, bercé par le ronron d'une rencontre insipide, d'un coup de canon des trente mètres qui trouvait la lucarne de Mouez Hassen (1-0, 51e) - le tournant du match, car cette frappe a totalement assommé des Castelroussins qui tenaient jusque-là avec leur défense à cinq. A la 58e, Denis Bouanga s'y est repris à deux fois pour faire le break à bout portant (2-0) sur une remise de Sylvain Marveaux. Le même Marveaux a envoyé, trois minutes plus tard, une offrande sur corner sur le crâne d'Ibrahima Conte, qui ne se faisait pas prier (3-0, 61e).