Le Gazélec "sous le choc" va faire appel

Publié le , modifié le

Le Gazélec d'Ajaccio, "sous le choc" après les sanctions infligées jeudi par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), a décidé de faire appel pour "faire diminuer la sanction". C'est ce qu'a déclaré son président après la décision de ladite commission de retirer trois points au Gazélec au classement de L2 et de suspendre son stade pour cinq matches en raison des incidents d'Ajaccio-Monaco du 1er mars.

Cette rencontre, perdue 1-0 par le GFCA sur son terrain lors de la 27e journée, avait donné lieu à de nombreux incidents, et la commission de discipline avait dans un premier temps décidé de suspendre à titre  conservatoire le stade du club corse, qui a déjà disputé deux matches prévus à  domicile sur un terrain neutre.

"Je dois l'avouer nous sommes sous le choc. Néanmoins, le club va faire appel pour faire diminuer la sanction d'ici la fin du championnat", a déclaré Olivier Miniconi, le président ajaccien.  "Nous avons l'impression de ne pas avoir été écoutés et que les décisions étaient déjà prises avant notre audition. La volonté de la commission était de nous détruire. Cette instruction a été à charge contre le club", a-t-il encore estimé.

"On nous prend pour des fous"

"J'ai l'impression qu'on nous prend pour des fous. Nous sommes hors-barèmes  des sanctions prévues par la LFP. Aucun fait n'a été démontré et nous sommes condamnés à 5 matches fermes. C'est du jamais-vu ! Concernant le retrait de points, même si notre situation sportive est mauvaise, c'est le coup de grâce",  a encore réagi le président du club corse.

 Le Gazélec, qui était déjà dernier du classement avec 22 points, se  retrouve donc désormais à 19 points, soit à 15 longueurs du premier non  relégable.

Christian Grégoire