Evian TG 102010
Evian Thonon Gaillard | ETGFC.com - Serge Deville

Le bon coup d'Evian

Publié le , modifié le

La 21e journée de Ligue 2 a permis à Evian-Thonon de réaliser une excellente affaire en s'emparant de la place de leader, en solitaire, après avoir fait couler Nantes (3-0). Le Mans, vainqueur d'Ajaccio (3-0) pour l'inauguration du nouveau stade, MMArena, passe 2e, car aucun des rivaux n'a gagné. Contraint au nul à domicile contre Dijon (0-0), Sedan laisse s'échapper les Savoyards et laisse passer les Manceaux. Tours a aussi pris une grosse claque (3-1) à Clermont.

Evian-Thonon (2e) contre Nantes (7e). Le Mans (3e) face à Ajaccio (4e). Sedan (1er) contre Dijon (8e). Tours (5e) face à Clermont (13e). La 21e journée de Ligue 2 pouvait se révéler riche d'enseignements en tête du classement. Disputée en ce milieu du samedi après-midi, jour et horaire inhabituels, cette journée a tenu ses promesses Et le grand gagnant s'appelle Evian-Thonon. En recevant des Nantais qui pouvaient encore nourrir des ambitions de montée, les Savoyards ont confirmé que leur élimination en Coupe de France par Strasbourg avait été bien digérée. Les tombeurs de l'OM dans cette épreuve ont en effet renoué avec une victoire qui les fuyait en championnat depuis le 14 décembre dernier, reprenant une marche en avant au meilleur moment. Farina (20e) et un penalty d'Adnane (43e) avaient placé l'équipe sur de bons rails à la pause, et l'expulsion de Vainqueur (62e) du côté des Canaris ne faisait que faciliter leur fin de match, agrémentée d'un troisième but dont l'auteur était l'ancien attaquant de Nantes, Nicolas Goussé (86e). En s'imposant (3-0), Evian-Thonon prend non seulement les trois points de la victoire sans avoir encore bénéficié sur le terrain de l'apport de l'ancien Lyonnais Claudio Caçapa, recruté lors de ce Mercato, mais cette formation s'empare en plus en solitaire de la position de leader, qu'elle occupait avant cette journée en compagnie de Sedan. Bernard Casoni peut donc se réjouir de revoir ses joueurs s'emparer de cette place si convoitée en cette deuxième partie de saison. La montée reste plus que jamais d'actualité.

Pour le premier match du Mans dans son stade flambant-neuf du MMArena, l'équipe d'Arnaud Cormier a mis ses habits de lumière. Pourtant, la venue d'Ajaccio, qui n'avait qu'un point de retard sur elle avant cet affrontement, n'était pas vraiment faite pour assurer une victoire facile. Mais les Corses ont d'abord facilité les choses, commettant quelques bévues pour conduire d'abord à l'ouverture du score de Baal (27e), avant que Pote ne double la mise d'un superbe lob à la 29e minute. Pour l'inauguration de leur enceinte, les Manceaux ne pouvaient pas laisser leur meilleur buteur, Helstad, aphone. Le Norvégien est sorti de son silence en marquant le troisième but de son équipe avec rage et détermination à la 75e minute. Avec ce 11e but de la saison, il reste du même coup dans le sillage du Clermontois Privat (12 buts), et à hauteur du Tourangeau Guié Guié, dans la course au meilleur buteur (lire le reportage de notre envoyé spécial au Mans).

Si le bonheur est du côté savoyard et sarthois, c'est aussi parce que Sedan n'a pas su s'imposer sur sa pelouse de Louis-Dugauguez. Premier au bénéfice de sa victoire en match en retard sur Châteauroux, les Sedanais, également éliminés en 16e de Coupe de France, n'ont pas totalement assumé leur nouveau statut face à des Dijonais qui confirment leur saison plus qu'honorable. Devenus spécialistes pour chiper des points aux grosses cylindrées, les hommes de Patrice Carteron ont tenu en échec la meilleure attaque du championnat, ce qui n'est pas une mince affaire. Les Ardennais retournent donc dans le rang des outsiders, dans lequel Tours semble peu à peu perdre pied. Sans le moindre succès à se mettre sous la dent depuis le 6 novembre dernier, les joueurs de Daniel Sanchez ont encore subi une contre-performance en allant s'incliner à Clermont (3-1). Si la malchance des blessures (Diego, Song et Cardy victimes d'entorse à la cheville durant la semaine) ne contribue pas au maintien du club dans cette lutte pour les places qui mènent à la Ligue 1. Moullec (36e), Privat (50e) et Alessandrini (76e) ont fait la différence en faveur des Auvergnats, la seule petite éclaircie tourangelle venant du but de Guié Guié (89e), le deuxième personnel lors des douze dernières journées pour un joueur qui reste en deuxième position du classement des buteurs.

Dans le bas du classement, Grenoble a bien failli se relancer dans la course au maintien, mais a dû concéder le nul à Angers (2-2), pourtant réduit à dix après l'expulsion de son gardien Malicki (43e), l'action amenant l'ouverture du score sur penalty de Mandrichi. Mais les tombeurs de Bordeaux en Coupe de France réagissaient par l'attaquant prêté par les Girondins, Saivet (53e), et si Juan donnait l'avantage aux Grenoblois à la 85e minute, Arnaud égalisait quatre minutes après. Les hommes d'Yvon Pouliquen conservent néanmoins quelque espoir de maintien, Metz ayant été battu à Troyes (2-1) et Vannes ayant subi le même sort à Laval (1-0) en étant réduit à dix après l'exclusion de Loval (66e) soit 18 minutes avant le but des Tangos, tout comme Reims à Istres (2-0). Du coup, entre la lanterne rouge grenobloise et le 17e, Reims, il n'y a que cinq points d'écart.