L'écusson du Nîmes Olympique
L'écusson du Nîmes Olympique | PASCAL GUYOT / AFP

L'actionnaire principal du Nîmes Olympique passe aux aveux

Publié le , modifié le

Serge Kasparian, principal actionnaire du club gardois, a fini par avouer au cours de ses auditions devant les locaux des enqueteurs du service central des courses et jeux (SCCJ) à Nanterre. Selon Le Parisien de ce jeudi, l'homme fort du Nîmes Olympique a reconnu son implication dans les matches truqués concernant au moins trois rencontres de Ligue 2 lors de la saison 2013-14. Le président de Nîmes Jean-Marc Conrad a fait valoir son silence tandis que le président de Caen Jean-François Fortin a nié en bloc les faits reprochés, tout comme Michel Moulin, proche de Serge Kasparian.

Serge Kasparian aurait reconnu partiellement les faits, précise ce matin i-télé. L'homme d'affaire de 59 ans aurait avoué aux enquêteurs avoir été le commanditaire mais pas l'exécutant concernant les différents matches présumés truqués (les rencontres face à au SM Caen, à Dijon et au CA Bastia). 

Pas d'argent mais du vin et du Champagne

L'ancien brasseur et responsable du cercle de jeu Cadet, à Paris,aurait indiqué avoir régulièrement été informé des "approches" opérées pour le compte du Nîmes Olympique par plusieurs intermédiaires auprès de dirigeants des trois clubs précités. Selon lui, il n'y aurait pas eu d'argent donné mais des compensations en bouteilles de vin et en Champagne.

Kasparian, Fortin, Conrad et Moulin, les quatre suspects, devraient être présentés aujourd'hui aux juges d'instruction Hervé Robert et Serge Tourniare, en vue de leur mise en examen pour "corruption active et passive de personnes dans le cadre de manifestations sportives". 

Toujours selon Le Parisien, deux autres personnes interpellées mardi matin -Franck Toutoundjian, président d'un club de foot amateur à Issy-les-Moulineaux, et Kaddour Mokkedel, surnommé Pilou, responsable de la sécurité pour le compte du SM Caen-, devraient également être déférées devant la justice, Olivier Dall'Oglio, l'entraîneur de Dijon, également placé en en garde à vue dans le cadre de cette vaste affaire de corruption présumée, a été remis en liberté, hier soir. 

Grégory Jouin @GregoryJouin