Thauvin taclé par Fauque
Thauvin taclé par Fauque | Maxppp

La L1 tend les bras à Bastia

Publié le , modifié le

Le Sporting Club de Bastia qui évoluait encore l'an passé en National, va très certainement réaliser la performance d'être promu deux fois d'affilée, et d'ainsi retrouver l'élite sept ans après l'avoir quittée. Vainqueurs 2-1 de Châteauroux lors du match de clôture de la 33e journée de L2, les Corses ont fait un pas presque décisif vers la L1 en maintenant leur distance avec Reims (2e à 9 points), Troyes (3e à 14 pts) et surtout Clermont (4e à 15 pts).

Alors que Châteauroux avait pris ce match par le bon bout, c'est bien le leader, qui dès sa première occasion franche, a ouvert le score. C'est à la suite d'un centre de Maoulida repris de volée par Khazri que les Corses ont inscrit le premier but de la rencontre dès la 17e minute de jeu (1-0). Les Castelroussins tentaient de revenir mais restaient trop approximatifs à l'approche de la surface bastiaise, et hormis un bon coup franc de Grange, Novaes n'était pas vraiment mis à rude épreuve. Pour ne rien arranger aux affaires de Châteauroux, Maoulida profitait d'une grosse erreur défensive pour enfoncer le clou et inscrire son douzième but de la saison (2-0, 40e). Bastia pensait avoir accompli le plus dur suite à ce but marqué à cinq minutes de la pause, mais un coup franc d'Orinel détourné malencontreusement par Suarez, trompait le dernier rempart corse (2-1, 42e).

Maoulida dans un grand soir

Maoulida: "C'est ma 3e montée en L1, c'est la plus belle. (...) C'est tout un peuple, toute une île qui sont derrière nous. Ca fait 7 ans que le Sporting attendait ça, on a un groupe extraordinaire avec un coach à qui on doit beaucoup. (...) Le public de Bastia mérite ça. Il faut savourer."

Les Bastiais sentaient que rien n'était encore joué, et les premières minutes de la deuxième période leur donnaient raison. Les supporteurs corses retenaient leur souffle lorsque Hautcoeur décochait une frappe qui permettait au gardien brésilien de Bastia de montrer toute l'étendue de son talent (48e). A l'heure de jeu, Thauvin pensait être accroché dans la surface, mais l'arbitre ne signalait aucune faute. Les joueurs de Frédéric Hantz maintenaient la pression sur les cages adverses, et Rothen puis Maoulida dont un joli raid sur le flanc droit se procuraient chacun leur tour de belles occasions. Mais Châteauroux vendait chèrement sa peau, et il fallait une défense vigilante pour ne pas assister à l'égalisation. Le score en restait finalement là (2-1). A quelques jours du triste anniversaire marquant les 20 ans du drame de Furiani qui avait fait 18 morts, le Sporting, invaincu devant son public, donnait avec ce succès du baume au cœur de ses supporteurs, pressés de célébrer avec un petit temps d'avance leur remontée en Ligue 1.

Au bord du gouffre il y a deux ans

Hantz: "On compostera notre billet pour la L1 dans les journées à venir. Je vais rentrer chez moi et  boire un verre de Patrimonio. Les joueurs depuis pas mal de semaines ont la  volonté de remporter le titre. Je suis très fier des supporteurs. Depuis  quelques années, des médias parisiens qui ne viennent jamais en Corse colportent des choses totalement fausses sur eux. (...) Au fond de moi, il y a une fierté extraordinaire."

Vendredi, un succès sur Tours propulserait automatiquement Bastia en L1, car Clermont qui se trouve au pied du podium avec 15 points de retard, ne pourrait plus passer devant le club corse. Il ne resterait en effet plus que 15 points à jouer… Finaliste de la Coupe UEFA en 1978 (défaite face au PSV Eindhoven) et vainqueur de la Coupe de France en 1981, le club corse revient pourtant de loin depuis sa descente en L2 en 2005. Rétrogradé en National en 2010, puis menacé même de jouer en CFA en raison de problèmes financiers, le Sporting est sur le point de revenir sur le devant de la scène grâce notamment à de judicieux recrutements. Les hommes de Frédéric Hantz aimeraient également permettre à leur club de décrocher un deuxième titre de deuxième division, après celui acquis en 1968, et pour cela, il reste encore cinq matches à gagner.

Romain Bonte