Les joueurs du FC Sochaux

La "gestion globale" du FC Sochaux confiée aux Espagnols d'Alavés

Publié le , modifié le

La FC Sochaux change de gestionnaire. Jusqu'ici présidé par Wing Sang Li, le club sochalien va changer de main. Dans un communiqué, le FCSM a annoncé que "la gestion globale" de l'équipe de Ligue 2 allait être confiée au groupe espagnol Baskonia-Alavès. Ce rapprochement s'inscrit dans le cadre d'une alliance entre le 10e de deuxième division française et le 13e de la Liga. Le partenariat porte sur les trois prochaines saisons afin de stabiliser le club franc-comtpois, qui est descendu en Ligue 2 en 2014.

"Le (groupe) Baskonia-Alavés (...) sera responsable de la gestion globale du FCSM durant trois saisons et une équipe de quatre personnes dont un directeur-général sera prochainement affectée à plein temps au FC Sochaux-Montbéliard pour mener à bien cette mission", a expliqué l'actuel 10e de Ligue 2 sur son site internet.

"Une belle opportunité de stabilité et d'avenir" 

La presse espagnole évoquait la semaine dernière un rachat, mais par l'intermédiaire de ce communiqué, le club sochalien, propriété du chinois Ledus, filiale du groupe Tech Pro, a clarifié la situation. "Cette collaboration visera à développer l'efficacité du FCSM tant dans les domaines sportif, économique, financier que du management global. Tech Pro prendra à sa charge le coût de la prestation comme preuve de son support au FCSM", précise le communiqué. 

Les dirigeants chinois du FC Sochaux, extrêmement contestés en Franche-Comté où les supporters multiplient les actions de protestations, espèrent ainsi "apporter au FC Sochaux-Montbéliard une belle opportunité de stabilité et d'avenir", ont-ils indiqué. De son côté, le club basque espère pouvoir "établir des liens footballistiques entre les deux équipes avec des opérations de caractère économique et sportif", est-il précisé dans un communiqué.

Surtout reconnu pour la qualité de sa section basket-ball, plusieurs fois championne d'Espagne et pensionnaire de l'Euroligue, le Baskonia a commencé à appliquer sa méthode au sein du Deportivo Alavés en 2011 permettant au club, alors en 2e division espagnole et endetté à hauteur de 20 millions d'euros, de rallier l'élite en 2016-2017.

AFP