Florian Raspentino
Florian Raspentino | DR FC Nantes

La dernière carte de Nantes ?

Publié le , modifié le

En recevant Troyes lundi soir en match de clôture de la 30e journée de Ligue 2, Nantes va sans doute abattre sa dernière carte pour la montée, face à un concurrent direct. Une victoire permettrait aux Canaris de revenir dans la course, à 4 points du podium, mais une contre-performance les éloignerait d'une retour dans l'élite. A contrario, Troyes a tout à gagner à obtenir un bon résultat à la Beaujoire.

"C'est sans doute notre dernier tournant si on veut revenir. Il ne faut pas se louper", reconnaît d'ailleurs Mathieu Vivian, le capitaine et défenseur du FC Nantes, relayé par l'entraîneur Landry Chauvin "Nous n'avons plus le droit à l'erreur, on le sait  "Si on veut entretenir la flamme, ça passe par un succès contre Troyes",  poursuit le technicien qui file encore la métaphore: "La flamme a forcément  rétréci. Mais elle existe toujours. Il faut tenter de la raviver rapidement". Car en effet, les Nantais n'ont gagné qu'un seul match en mars et alors qu'ils avaient fait un excellent rapproché au classement les semaines, ils ont de nouveau glissé...Et savent qu'ils ne doivent stopper cette descente et même reprendre pied à pied du terrain pour espérer encore. Car après trois ans en Ligue 2, l'attente est énorme et l'exaspération bien réelle dans l'entourage du club. Depuis sa descente, le club aux huit titres de champions de France attend dans l'antichambre. Paradoxalement, après un départ encore une fois très laborieux, cette saison est sans doute la meilleure qu'il réalise et celle en tout cas au bout de laquelle il peut enfin atteindre son but. Mais les Nantais ont fait le plein de points perdus et ne doivent plus guère en laisser route. Surtout à domicile.

La dernière défaite à Lens a laissé des traces sur les bords de l'Erdre. Et Chauvin pourrait bien bousculer son groupe pour instaurer une émulation qui ne sera pas superflue. Nantes n'a plus le choix, d'autant plus que l'adversaire du soir aura un bon coup à jouer. 4e au classement, l'ESTAC s'est installé depuis maintenant plusieurs journées dans un rôle de prétendant. "Troyes est dans une position confortable. Avec cinq points d'avance sur nous, ils n'ont pas l'exigence" craint d'ailleurs l'entraîneur nantais. Ce que son homologue Jean-Marc Furlan reconnaît volontiers. "Il y a beaucoup de sérénité dans le club, dans le groupe,  c'est une période agréable à vivre", même s'il tempère un peu."Aller à Nantes, c'est un déplacement que je redoute parce qu'individuellement c'est le plus gros potentiel de Ligue 2". Malgré tout, les Aubois qui en août dernier ne pensaient pas forcément jouer la mmontée, veulent maintenant croire à leur destin  L'équipe joue libérée, sans pression du résultat, mais prête à une fin de saison passionnante.

A l'issue de duel à la Beaujoire, on en saura un peu plus sur l'avenir de Nantes comme sur celui de Troyes.

francetv sport @francetvsport