ballon football pretexte filets 042010
. | AFP-Marcou

Evian et Sedan se neutralisent

Publié le , modifié le

Evian-Thonon et Sedan ont fait match nul 2 à 2 lundi en clôture de la 12e journée de Ligue 2, manquant tous deux l'occasion de prendre la tête du championnat occupée par Le Mans depuis sa victoire dans la Sarthe vendredi contre Istres (1-0). Dans l'autre match décalé joué ce lundi, Nîmes à résisté au Havre (0-0). Le Hac pointe au 6e rang, à un petit point du duo Evian (5e) - Sedan (4e). Les Crocos sont 16e, un point devant Reims, premier relégable.

Partie remise ou occasion manquée ? Toujours est-il que Evian-Thonon et Sedan se sont neutralisés (2-2) lors d'un match qui aurait offert la tête de la Ligue 2 au vainqueur. Au lieu de cela, les deux équipes restent en position d'outsiders. Sedan, grâce à une meilleure différence de buts, s'est tout de même installé devant son adversaire du jour au classement, au pied du podium à un point de Troyes et deux de Tours et Le Mans. Evian-Thonon, qui n'a plus gagné à domicile depuis le 13 août, a pris la première option sur la place de leader en menant 1-0 grâce à un but sur penalty de Oumar Pouye peu avant la pause (42e). Mais l'espoir a été de courte durée puisque Sedan répliquait dix minutes après la reprise par Alexis Allart, également sur penalty (55e). Les Ardennais doublant la mise par Nicolas Fauvergue (69e) se sont alors mis à rêver du fauteuil de leader, jusqu'à l'égalisation de Nicolas Farina à la 86e minute. 

Nîmes résiste au Havre

Le Havre, malgré une nette domination, n'a pu faire trembler les filets de Nîmes, manquant un penalty en début de match par Diallo (17e) et plusieurs occasions en fin de partie notamment par Mendes, par maladresse mais aussi en raison des prouesses du gardien nîmois Placide. Les Havrais s'installent au 6e rang derrière Evian-Thonon tandis que Nîmes conserve son 16e rang mais avec une longueur d'avance sur le premier relégable, Reims. Les "Crocos" doivent maintenant confirmer sur leur pelouse ce bon point pris à l'extérieur. Pour le HAC, il s'agit d'un coup d'arrêt mais rien n'est figé dans ce championnat très indécis, en haut comme en bas.

Julien Lamotte