Dijon
Dijon... | PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Dijon prend les commandes, Nîmes respire un peu

Publié le , modifié le

Dijon, auteur d'un carton sur le terrain du Paris FC (3-0), a pris provisoirement les commandes de la Ligue 2, vendredi lors de la 16e journée, tandis que la lanterne rouge Nîmes a décroché un premier succès inespéré à domicile face à Tours (2-1).

Le jeu de chaises musicales en tête continue. Grâce à leur succès dans un stade Charléty quasi-vide mais mobilisé pour rendre hommage aux victimes des attentats de Paris, en témoigne les banderoles "RIP Paris" ou "13.11.2015", les Dijonnais n'ont pas manqué l'occasion de prendre provisoirement la tête du championnat en s'imposant face au relégable Paris FC (18e). Les hommes d'Olivier Dall'Oglio, qui ont fait principalement la différence en première période grâce à l'inévitable Tavares (4e) et Diony (34e), puis Bamba (53e), mettent ainsi la pression sur l'ancien co-leader Nancy, qui accueille Le Havre samedi (14h00).

Metz, nouveau dauphin, reste en embuscade à deux points de la tête. Auteurs d'une "manita" dans le choc des poursuivants face à Bourg-en-Bresse (5-0), sous la houlette notamment d'un très bon Kevin Lejeune, les Messins creusent l'écart avec les autres prétendants au podium. Clermont, après sa victoire à domicile face à Valenciennes (2-0), intègre le top 5, tandis que le Red Star (6e) n'a pas fait mieux qu'un nul à Niort. Auxerre (7e) s'invite dans ce deuxième wagon avec son succès face à Créteil (3-1), pourtant meilleure attaque à l'extérieur du championnat. Dans le milieu de tableau, Brest grimpe à la 8e place après sa victoire face à Sochaux (1-0). Evian (10e) et Laval (13e) n'ont pas réussi à se départager (0-0).

Dans la zone des relégables, le choc psychologique a bien eu lieu à Nîmes! L'arrivée du nouvel entraîneur Bernard Blanquart, successeur de José Pasqualetti, a permis à la lanterne rouge d'enregistrer sa première victoire à domicile face à Tours (2-1). Et les Crocodiles peuvent remercier Fabien Ntchenkoua, auteur d'un doublé, et notamment d'une frappe décisive venue d'ailleurs dans le temps additionnel (90e+2). De son côté Ajaccio (19e), réduit à neuf, a arraché un point inespéré face à Lens (1-1) grâce à un pénalty en toute fin de match de Cavalli (87e). De quoi rendre fou furieux Antoine Kombouaré...

AFP