Coronavirus - Pascal Gastien (Clermont foot) : "S'il faut jouer jusqu'en septembre, on le fera"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Manu Roux
Pascal Gastien, l'entraîneur de Clermont
Pascal Gastien, l'entraîneur de Clermont | AFP - THIERRY THOREL / NurPhoto

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Élu par ses pairs meilleur entraîneur de Ligue 2 la saison dernière lors des trophées UNFP, Pascal Gastien aimerait savoir si le gazon est plus vert en ligue 1 l’an prochain avec Clermont foot. Mais la pelouse qu’il voit le plus en ce moment, c’est celle de son jardin.

Pascal, avec les événements, vous devriez conserver votre titre de meilleur entraîneur de Ligue 2 une année supplémentaire ?
Pascal Gastien : "Ah, je ne sais pas. J’ai cru comprendre que l’UNFP envisageait de faire une cérémonie par visioconférence mais j’ignore si c’est maintenu ou annulé. Ce n’est évidemment pas ce qui me préoccupe le plus en ce moment."

A la recherche de joueurs pour la saison prochaine

À quoi ressemble le confinement d’un entraîneur de club professionnel ?
P.G. : "Je suis à la maison, sur Clermont. C’était quand même le plus simple pour rester en relation constante avec le staff, les dirigeants et les joueurs qui ont reçu pour consigne de ne pas quitter le territoire national. Je pense qu’on va être mis au chômage partiel en avril. Mais pour l’heure, je fais du télétravail, je regarde des vidéos de joueurs susceptibles de nous intéresser en vue de la saison prochaine. J’ai aussi la chance d’avoir un grand jardin alors ça m’occupe pas mal le matin. Je coupe des arbres, je taille des haies et mine de rien, c’est du sport! Moi qui pensais profiter de l’intersaison pour visiter l’Auvergne, que je connais peu encore, je me contente finalement de visiter mon jardin !"

Vous pensez que le championnat va reprendre ?
P.G. : "Oui et je l’espère sincèrement. On sent une envie commune de la part des joueurs, entraîneurs, dirigeants et supporters. N’oublions pas non plus que les enjeux financiers sont importants, surtout pour des clubs comme Clermont. Reste à savoir quand on va pouvoir reprendre... Et comme je pense qu’il va falloir enchaîner les matches tous les trois jours pour ne pas trop étirer la saison, il faudra bien une préparation physique d’au moins trois semaines au préalable..."

"Ne pas faire n'importe quoi sous prétexte qu'on est des acteurs du sport professionnel"

Clermont est actuellement 5e et concerné par les barrages d’accession, qui pourraient vous mener loin dans le calendrier cet été, si la saison régulière reprend et se termine autour du 15 juillet comme l’envisage la LFP...
P.G. : "On se tient prêt à toutes les éventualités. S’il faut jouer jusqu’en septembre, on le fera ! Et puis qui sait, notre sort sera peut-être réglé avant les barrages. Clermont n’est qu’à quatre points du leader, Lorient, et à trois longueurs de Lens, le 2e. On va jouer le coup à fond lors des dix journées qu’il reste à disputer. On a encore une chance de viser  la montée directe, comme les autres équipes du Top 6."

Pierre Ferracci, président du Paris FC, a évoqué sur notre site une dérogation étudiée par la LFP pour ne pas aller au bout du confinement et reprendre plus tôt. Qu’en pensez-vous ?
P.G. : "J’ai lu ça et je dis attention: il faut vraiment prendre du recul par rapport à la situation que l’on vit actuellement. On doit écouter ce que les autorités nous disent, être derrière le personnel médical et respecter le confinement. Il ne faut pas faire n’importe quoi sous prétexte qu’on est des acteur du sport professionnel. Nous sommes citoyens avant tout et on ne doit pas se démarquer du reste de la population."

Propos recueillis par Manu Roux

Manu Roux ManuRouxJO