Clermont foot
Les Clermontois | MERLE / AFP

Chocs en haut et bas de classement

Publié le , modifié le

Bastia et Sedan s'affrontent ce soir pour la 16e journée de Ligue 2 avec pour enjeu le podium, loin devant Amiens-Le Mans (17e et 18e) et le voyage de Metz à Monaco, lanterne rouge du classement. Les deux premiers du classement, Clermont et Reims, poursuivront leur lutte à distance entre vendredi et lundi.

Bastia - Sedan pour cotoyer les sommets

Clermont, leader, a frappé un grand coup en battant son dauphin rémois lundi (1-0) et peut poursuivre son cavalier seul en se rendant à Angers. Attention cependant au SCO, qui reste sur deux victoires d'affilée et sera motivé à l'idée de basculer vers le sommet s'il engrange les trois points. Après son revers auvergnat, Reims devra se remobiliser lundi prochain face à Nantes (7e), qui peut s'accrocher au wagon de tête en cas de bon résultat. Le Havre tentera de préserver sa 3e place à Boulogne.

Dans la nuée des poursuivants, le match entre Bastia (6e) et Sedan (4e) s'apparente à un petit cap pour l'une et l'autre équipe. Les Ardennais, meilleure attaque de L2 (25 buts), peuvent s'installer provisoirement à la 2e place. Les Corses, eux, doivent se relancer après deux matches sans victoire, et seuls les trois points leur éviteraient de voir un fossé se creuser avec le haut de tableau. Guingamp, autre prétendant au podium, tentera de prolonger sa série d'invincibilité de sept matches qui l'a fait décoller de la zone de relégation jusqu'au premier quart du classement. En allant à Laval, l'En-Avant effectue aussi le premier de ses trois déplacements consécutifs (championnat et Coupe de France confondus).

Monaco doit absolument réagir

En bas de tableau, les trois clubs englués dans la zone de relégation et qui fréquentaient encore récemment l'élite (Le Mans, Arles-Avignon et Monaco) seront à nouveau sur le grill, comme chaque semaine. Le Mans dispute un petit quitte ou double à Amiens, qui compte le même nombre de points. Et Monaco? L'entraîneur Marco Simone, entre dédramatisation ("Lâchez-vous, ça reste un jeu") et "langage direct", attend toujours une réaction de ses joueurs, la joue encore rouge de la gifle reçue à Nantes (3-0). L'attaquant Valère Germain avance "l'exemple de ce qu'a fait Marseille contre Paris dimanche dernier. Ils ont gagné tous les duels, ils ont marché sur leurs adversaires. Aujourd'hui nous sommes vingtièmes, nous ne pouvons pas descendre plus bas au classement. Cela doit nous mettre la rage, nous révolter".

Gilles Gaillard