Youssouf Hadji Nancy
Youssouf Hadji (Nancy) | PHOTOPQR/L''EST REPUBLICAIN

Brest craque à Nancy

Publié le , modifié le

Brest, 2e du classement, a laissé passer l'occasion de se rapprocher du leader Troyes, mais surtout de creuser l'écart sur ses poursuivants, également prétendants à la montée, en s'inclinant (2-1) à Nancy, lundi dans le dernier match de la 23e journée de L2.

Les Brestois ont pourtant ouvert la marque très rapidement, avant de baisser considérablement de rythme et de craquer en deuxième période, face à des Nancéiens efficaces. Ils n'ont pas profité du nul du leader Troyes, tenu en échec à domicile vendredi, et qui compte désormais sept points d'avance en tête du championnat. 

Depuis leur défaite à Troyes justement, il y a un mois, les Brestois n'avaient plus perdu. Et peut-être ont-ils levé le pied un peu trop tôt dans une partie qu'il pensait pouvoir maîtriser. Au stade Marcel Picot, les joueurs d'Alex Dupont avaient en effet pris la rencontre par le bon bout, en ouvrant la marque par Gaëtan Courtet (9e), avant de s'endormir ensuite, reculant dans leur moitié de terrain, et  ils n'ont pu conserver  leur avance à la mi-temps que grâce à un très bon Alexis Thébaux dans les buts. Leur gardien a notamment repoussé une frappe d'Arnaud Lusamba (24e), seul à sept mètres du but, et a dévié d'une claquette un coup franc juste avant la pause (45e+2).

Les hommes de Correa retrouvent le sourire

Mais les Lorrains sont revenus avec de l'envie, et logiquement, Youssouf Hadji a égalisé à la 55e minute: lancé dans la profondeur, il a lobé Thébaux d'un extérieur du pied droit imparable. L'attaquant franco-marocain a ensuite doublé la mise à la réception d'un coup franc prolongé de la tête par Maurice Dale, pour reprendre de volée victorieusement au point de penalty (70e). 

Après huit matches sans victoire, les hommes de Pablo Correa renouent donc avec le succès et se rassurent. Malgré tout, après une si mauvaise série, et du fait de leur irrégularité ils ne pourront pas se mêler à la lutte pour l'accession. Lutte dans laquelle Brest est évidemment engagé, mais il y a de la densité derrière, avec Dijon, Angers, Sochaux, le Gazelec Ajaccio et peut-être Auxerre. De quoi faire regretter au stade Brestois de n'avoir pas pris de point en Lorraine. 

Christian Grégoire